Daimler veut la majorité dans sa plus grande joint-venture chinoise

Daimler veut renforcer sa position dans les relations avec son partenaire chinois Baic. (Isopix)

Le constructeur automobile allemand Daimler a l’intention d’acquérir une participation majoritaire dans Beijing Benz Automotive, une entreprise commune que le groupe a créée avec son partenaire chinois Baic Group. Plusieurs sources l’ont déclaré à l’agence de presse Reuters.

Daimler espère profiter de la décision du gouvernement chinois d’assouplir les limites sur la propriété étrangère des entreprises chinoises.

Contrôle

Daimler avait précédemment déclaré qu’il souhaitait augmenter sa participation dans Beijing Benz de 49 % à 75 %. Toutefois, cela n’a pas satisfait son partenaire chinois Baic. Après tout, il veut garder le contrôle de l’entreprise fusionnée entre ses mains. Beijing Benz, vendeur de la marque Mercedes-Benz sur le marché chinois, s’est révélé être une importante source de revenus pour Baic.

Daimler avait déjà négocié avec Baic l’année dernière un remaniement de la participation dans Beijing Benz. ‘Cependant, ces pourparlers n’ont donné aucun résultat’, déclare Reuters. Daimler a alors commencé à étudier les possibilités d’accroître sa participation dans Baic Motor elle-même. Daimler détient actuellement 9,55 % des actions de Baic Motor.

L’année dernière, le gouvernement chinois a décidé de réduire une partie des restrictions imposées aux intérêts étrangers dans les sociétés chinois. Dans trois ans, les entreprises étrangères seront autorisées à prendre le contrôle des constructeurs automobiles chinois. Mais les constructeurs chinois de voitures électriques font exception à cette règle.

Grâce à cette nouvelle politique, BMW, entre autres, a eu l’occasion d’accroître à long terme sa participation de 75 % dans sa coentreprise avec Brilliance China Automotive Holdings. ‘Cela a incité Daimler à poursuivre une stratégie similaire’, explique Reuters.

Protectionnisme

Daimler a déjà demandé au gouvernement allemand d’intervenir auprès du gouvernement chinois. Dans ce contexte, il était nécessaire d’appeler à un assouplissement des restrictions sur les participations étrangères dans les sociétés chinoises.

‘La Chine avait auparavant averti l’Allemagne de ne pas tolérer de mesures protectionnistes à l’encontre d’entreprises chinoises telles que Huawei’, souligne Reuters. L’ambassadeur de Chine en Allemagne a clairement indiqué que de tels problèmes pouvaient avoir une incidence sur la position des constructeurs automobiles allemands sur le marché chinois.

Pour sa part, le Groupe Baic souhaite également augmenter sa participation dans Daimler. L’ambition du groupe chinois est de devenir le premier actionnaire du constructeur automobile allemand.

En conséquence, les actionnaires chinois développeraient conjointement une participation de près de 20 % dans Daimler. Cela suffit à bloquer des décisions importantes lors des assemblées générales, comme la nomination d’administrateurs ou l’approbation d’investissements importants.