Crise énergétique: l’Allemagne saisit trois méthaniers de Gazprom

L’Allemagne s’est appropriée mercredi trois navires transportant du gaz naturel liquéfié du géant russe Gazprom. Pour une durée indéterminée.

Pourquoi est-ce important ?

L'Allemagne multiplie les tentatives pour éviter des pénuries d'énergie l'hiver prochain, qui semblent pourtant de plus en plus difficiles à éviter en raison de la réduction des approvisionnements en gaz russe. Nos voisins commencent même maintenant à sortir des sentiers battus.

Dynagas LNG Partners indique que le gouvernement allemand a repris trois de ses méthaniers précédemment affrétés par le géant énergétique russe Gazprom. C’est ce que rapporte le journal britannique The Telegraph. Les navires sont maintenant sous le contrôle du gouvernement allemand pour une durée indéterminée, a fait savoir la société basée à Monaco.

Il s’agit des méthaniers Ob River et Clean Energy, construits en 2007, ainsi que de l’Amur River, construit en 2008. Gazprom avait loué l’Ob et l’Amur River jusqu’en 2028, Clean Energy avait été réservé par les Russes jusqu’en 2026.

Cette saisie intervient après que le Bundesnetzagentur a pris le contrôle de l’unité allemande de Gazprom en avril. Le chien de garde de l’énergie allemand avait fait cela pour sécuriser les approvisionnements en énergie suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Gazprom Germania, qui contrôle la plus grande installation de stockage de gaz du pays, a depuis été rebaptisée « Securing Energy for Europe ».

Terminaux GNL

Jeudi dernier, le ministre allemand de l’Économie et du Climat, Robert Habeck, a déclaré que le pays était désormais en « phase d’alerte » de son plan d’urgence pour le gaz. Il a ainsi indiqué que les entreprises et les ménages devaient modérer leur consommation d’énergie car il y a un risque de pénurie d’énergie à long terme.

Nos voisins de l’Est sont donc également occupés à stocker de l’énergie pour les mois froids de l’hiver. Pour remplacer le gaz naturel russe, ils se tournent principalement vers le gaz naturel liquéfié des États-Unis. Le plan consiste à construire trois nouveaux terminaux pour recevoir le GNL importé.

La semaine dernière, Berlin a même envisagé d’exproprier des parties du gazoduc russe Nord Stream 2 qui se trouvent sur le territoire allemand et de les réaffecter à un tel terminal GNL, note Business Insider.

Gazprom perd également à la bourse

Gazprom a perdu un quart de sa valeur boursière ce jeudi. Cette baisse est intervenue après que le groupe public russe a annoncé que les actionnaires avaient bloqué les projets de versement d’un dividende important.

« Les actionnaires ont décidé que, dans la situation actuelle, il n’est pas souhaitable de verser des dividendes sur la base des résultats de 2021 », a déclaré le directeur général adjoint Famil Sadygov, cité par le journal économique Financial Times.

Le principal actionnaire de la société est l’État russe, qui détient une participation directe de 38%, tandis que 12% supplémentaires sont détenus par deux autres sociétés d’État. La chute du cours de l’action a incité la bourse de Moscou à interrompre la négociation des actions du groupe.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20