Comité de concertation : Covid Safe Ticket généralisé et retour de la loi pandémie pour trois mois

Entre le 17 et le 22 octobre, une moyenne de 5.300 personnes ont été infectées chaque jour par le Covid-19, selon l’Institut de santé publique Sciensano. Il s’agit d’une hausse de 75% par rapport à la semaine précédente. Face à cette situation, le Comité de concertation prend à nouveau des mesures drastiques, et de portée nationale.

Comme un parfum de retour un an en arrière : alors que les chiffres des contaminations repartent dans une très forte hausse et que les occupations de lits, notamment dans les services de soins intensifs, suivent au même rythme, les Belges attentent le son de cloche qui vient d’en haut. Un Comité de concertation, initialement prévu ce vendredi mais avancé de trois jours, s’est réuni ce mardi à 16h30 en visioconférence.

On s’attendait au retour de mesures fortes: « Si on ne contrôle pas cette pandémie de covid et que l’on est également confronté à la saison grippale, nous aurons un très très grand problème. Nous voulons une base juridique forte, avec des mesures pour toute la Belgique, dans une perspective de passer l’hiver en toute sécurité et d’éviter une épidémie de corona ET une épidémie de grippe » déclarait d’ailleurs ce mardi à la Chambre le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke.

Voici les différentes mesures décidées par les principaux ministres du gouvernement fédéral et les représentants des entités fédérées.

  • L’enclenchement de la loi pandémie : ce n’était pas un mystère : M. Vandenbroucke avait déjà annoncé l’intention du Comité de recourir à nouveau à ce texte. Pour rappel, la loi pandémie permet au gouvernement de déclarer une situation d’urgence épidémique pour une durée strictement nécessaire à la gestion de la pandémie, et ce pour l’ensemble du territoire. Cette « durée strictement nécessaire » ne pourra pas dépasser les trois mois. Cette loi permet, par exemple, d’imposer le port du masque partout, tout en autorisant les bourgmestres ou les gouverneurs de province à renforcer certaines mesures localement. Ce soir, le Premier ministre a confirmé que la loi pandémie avait bien été activée.
  • L’extension du Covid Safe Ticket : Le Covid Safe Ticket sera obligatoire dans tout le pays dans le secteur Horeca et dans les salles de fitness, comme c’est déjà le cas à Bruxelles, et comme la Wallonie devait normalement le mettre en place dès le 1er novembre. Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a salué l’harmonisation des mesures concernant le Covid Safe Ticket sur l’ensemble du territoire. Pour les événements de type festival, le socle fédéral requérant le contrôle d’un Covid Safe Ticket est fixé à 200 personnes à l’intérieur et 400 à l’extérieur. Mais libre aux organisateurs d’instaurer des normes plus strictes.
  • Le retour du masque partout (si pas de covid safe ticket) : le masque devra à nouveau être porté dans toutes les Régions dans les espaces publics intérieurs, comme dans l’horeca, les salles de fitness ou encore les lieux culturels, etc. Et cette mesure s’appliquera aussi au personnel travaillant sur place. « Il est important de reprendre certaines mesures qu’on a abandonnées un peu trop vite », a ajouté Pierre-Yves Jeholet (MR), ciblant surtout le port du masque. « Il faut avouer qu’on ne l’a pas toujours porté comme il faut ces dernières semaines. C’est une piqûre de rappel. »
  • Le retour de la recommandation du télétravail partout où il est possible : pas d’obligation donc, mais une forte incitation à reprendre le travail à domicile plutôt que de retrouver ses collègues au bureau. « Le télétravail est un outil performant qu’il faudrait à nouveau instaurer à grande échelle pour éviter de prendre le train ou le métro » selon M. Vandenbroucke.
  • Troisième dose : « Il y aura une troisième dose pour les personnes de plus de 65 ans. Demain, les ministres de la Santé vont se réunir pour voir s’il faut élargir cette mesure à davantage de personnes au sein de la population », a précisé Alexander De Croo. Le gouvernement rappelle que la vaccination reste la meilleure arme contre le coronavirus, et qu’elle a probablement permis d’éviter une catastrophe sanitaire. Il incite à nouveau les derniers récalcitrants à se faire vacciner.

« Ce sont trois instruments qui permettent de renforcer nos digues de défense. On ne ferme pas de secteurs. On n’interdit pas certaines activités. On accentue juste la prudence », a insisté Alexander De Croo. « Outre ces trois instruments, il y a trois choses importantes à respecter. Premièrement, il faut bien ventiler les espaces. Deuxièmement, restez à la maison si vous êtes malades et faites-vous tester. Troisièmement, protégez-vous les uns les autres et soyez prudents avec les personnes vulnérables. »

Aucune restriction n’est en effet envisagée pour les secteurs les plus impactés l’année passée, dans le domaine culturel par exemple. Les écoles aussi resteront ouvertes normalement après le congé de Toussaint, de même pour l’enseignement supérieur.

« Essayez de ne pas être contaminé, essayez de ne pas prendre de risque » a insisté le ministre de la Santé publique. Au moins pour les personnes âgées et les personnes vulnérables. » Ces mesures entrent en vigueur ce vendredi, mais M. Vandenbroucke insiste : il ne faut pas attendre la fin de la semaine pour reprendre l’habitude de porter son masque dès qu’on se retrouve dans un espace confiné ou très fréquenté.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20