Pourquoi Colruyt irrite les pharmaciens

Colruyt offre désormais la possibilité de retirer les commandes Newpharma dans ses points de collecte. La chaîne de supermarchés souhaite également proposer des produits de parapharmacie. Une nouvelle concurrence qui ne plaît guère aux pharmaciens belges.

Alors que les Belges sont de plus en plus préoccupés par la nécessité d’adopter un mode de vie sain, Colruyt entend surfer sur cette vague en rendant plus accessibles les produits de parapharmacie qui ne requièrent pas d’ordonnance. Il s’agit  de vitamines, de compléments alimentaires, de produits de bien-être, etc.

Des pastilles pour la gorge au supermarché

À cette fin, la chaîne de supermarchés a conclu un partenariat avec Newpharma. Les clients qui passent une commande auprès de la pharmacie en ligne peuvent dorénavant la retirer dans l’un des 400 points de collecte Colruyt.

En outre, Colruyt compte également offrir une sélection variée de produits de parapharmacies dans ses magasins, comme des suppléments pour renforcer le système immunitaire, des pastilles pour la gorge (pour lesquelles aucune ordonnance n’est nécessaire) ou encore des produits amincissants.

‘Nous estimons que ces produits font partie des basiques de la parapharmacie et voulons permettre à nos clients de se réapprovisionner pendant qu’ils effectuent leurs courses hebdomadaires’, explique à La Dernière Heure Geert Elen, commercial development manager chez Colruyt.

Le concept sera testé dans environ 80 magasins dès cette année, avec en point de mire un déploiement national qui suivra prochainement.

Un encadrement nécessaire

Mais l’entrée de Colruyt sur le marché de la pharmacie n’est guère appréciée par les acteurs traditionnels. Outre le fait qu’ils voient une nouvelle concurrence arriver – la parapharmacie constitue l’une des vaches à lait essentielles des officines – les pharmaciens estiment que ces produits aussi nécessitent un encadrement.

À l’agence Belga, Georges Verpraet, porte-parole de l’Association pharmaceutique belge (APB), a donné l’exemple du spray nasal Otrivine, du paracétamol ou de l’ibuprofène, des médicaments qui peuvent être achetés en ligne sans ordonnance, mais qui ne sont pas anodins, ‘et qui devraient être accompagnés de conseils’, estime-t-il.

Lire aussi: