Coca-Cola fait croire aux ados que ses boissons sucrées sont saines

PxHere

Aux États-Unis, Coca-Cola est dans de sales draps après avoir tenté de convaincre adolescents et mères que ses boissons sucrées sont bonnes pour la santé… Et ce malgré les inquiétudes sur leur contribution à l’obésité infantile.

Coca-Cola se fait littéralement casser du sucre sur le dos et pas n’importe où: dans son pays d’origine. La marque américaine a eu la mauvaise idée de cibler les adolescents et mères en leur faisant croire que leurs boissons sont saines, révèle la chaîne CNN. Au vu du sucre et des calories qu’elles comprennent, la mayonnaise n’a pas pris et s’est transformé en vinaigre acide.

L’International Journal of Environmental Research and Public Health (IJERPH) a épluché les documents internes de deux campagnes publicitaires de Coca-Cola, l’une datant des Jeux olympiques d’été de 2016 à Rio et l’autre d’une campagne de la marque en 2013. L’organisation a ainsi découvert que la marque visait principalement les adolescents et les mères pour modifier leurs attitudes face au produit.

Se faire des alliés journalistes

Concernant la plus ancienne publicité, les documents internes indiquaient que l’objectif était ‘d’augmenter les scores de santé de la marque Coca-Cola auprès des adolescents’. L’IJERPH a déclaré à ce sujet que l’entreprise était ‘explicite dans son intention’ de supprimer la contestation à son égard… et de se faire des amis parmi les journalistes pour ‘neutraliser la couverture médiatique négative’. Ironie du sort, ces efforts ont désormais l’effet inverse.

La campagne des JO ciblait elle les deux groupes en sollicitant des influenceurs des réseaux sociaux, les poules aux oeufs d’or pour promouvoir des produits. Coca-Cola s’est par ailleurs félicité dans une publication avoir atteint plus de 20 millions d’adolescents grâce à cette campagne.

Trois fois plus d’enfants obèses

Gary Ruskin, co-auteur de l’étude et co-directeur de l’organisation, a déclaré que les documents internes montrent que la marque ‘a essayé d’utiliser les relations publiques pour manipuler les adolescents en leur faisant croire que le soda sucré est sain, alors qu’en réalité il augmente le risque d’obésité, de diabète et d’autres maux’.

Un rapport bouillant aux États-Unis, où le pourcentage d’enfants et d’adolescents touchés par l’obésité a plus que triplé depuis les années 1970. Selon une étude récente, 250 millions d’enfants et d’adolescents dans le monde seront classés comme obèses d’ici 2030.