C’est désormais prouvé ! L’alcool n’est jamais bon pour votre santé

Aucune quantité d’alcool,de vin ou de bière n’est bénéfique pour la santé humaine engénéral, indique un rapport de scientifiques de l’Université deWashington. L’étude a révélé qu’en 2016, l’alcool était leprincipal facteur de risque de santé et de décès prématuré chezles hommes et les femmes âgés de 15 à 49 ans.  

Dans ce groupe d’âge,l’alcool serait lié à un décès sur dix. Au total, pour tous lesâges, l’alcool était associé à 2,8 millions de décès en 2016.Ces décès comprennent les cancers, les maladies cardiovasculaires,les maladies infectieuses telles que la tuberculose, les traumatismesintentionnels tels que la violence et l’automutilation, les accidentsde la circulation et les autres blessures non intentionnelles tellesque les noyades et les morts par incendie.

Rappel brutal

« Le résultat le plussurprenant est que la consommation d’alcool, même en petitesquantités contribue à la perte de santé àl’échelle mondiale », souligne la responsable de la recherche,Emmanuela Gakidou, professeur de santé publique à l’université deWashington. « Nous avons l’habitude d’entendre qu’un ou deuxverres de boissons alcoolisées sont parfaits, mais les preuvesévoquent une situation différente. »

Les grands pays tels quela Chine, l’Inde et la Russie sont les plus touchés en termesabsolus. Selon les observateurs, l’étude est un rappel brutal desdangers réels de l’alcool et indique que même les plus faiblesniveaux de consommation d’alcool augmentent les risques pour lasanté.

Plaisir

« Etant donné leplaisir associé à la consommation modérée d’alcool, l’affirmationselon laquelle il n’y a pas de niveau de sécurité ne semble pasêtre un argument en faveur de l’abstinence », déclare DavidSpiegelhalter, professeur de statistique à l’Université deCambridge.

« Même en conduisantune voiture, il n’y a pas de niveau de sécurité absolu, mais lesautorités ne conseillent à personne d’éviter la voiture.L’existence humaine n’a pas de niveau de sécurité absolu, maispersonne ne recommanderait l’abstention. « 

Cependant, Robyn Burton,professeur de santé publique au King’s College de Londres, affirmeque l’étude montre clairement que l’alcool est un problèmecolossal pour la santé mondiale. Il propose donc également que lesdécideurs politiques privilégient les programmes visant à réduirela consommation d’alcool.

Choix éclairé

Alcohol InformationPartnership, un groupe d’intérêt des principaux producteurs mondiaux deboissons, insiste sur le fait que le rapport ne contredit pas le faitqu’une consommation modérée peut contribuer à réduire le risquede plusieurs problèmes de santé, comme le suggèrent plusieursétudes antérieures.

Le groupe préconise uneconsommation raisonnable d’alcool et souligne que le publicdevrait avoir la possibilité de décider de son comportement enconnaissance de cause.

L’étude a montréqu’environ 2,4 milliards de personnes consomment de l’alcool dans lemonde. Chez les femmes, 25% de la population féminine ont consommé0,73 verre par jour en 2016. Pour la population masculine, ceschiffres atteignent 39% et 1,70 unité.

Les pays avec le plusgrand nombre de consommateurs sont le Danemark, la Norvège etl’Allemagne. Les plus petites populations de buveurs se trouvent auMoyen-Orient et dans les pays arabes.

« Risques beaucoupplus importants »

Il s’est avéré que lecancer était la principale cause de décès chez les consommateursâgés de plus de 50 ans. Entre quinze et quarante-neuf ans, lesaccidents de la route, l’automutilation et la tuberculose étaientles principales causes de décès.

« Bien qu’uneutilisation modérée puisse avoir un impact bénéfique sur la santécardiovasculaire, il est clair que les risques de la consommation d’alcool sont beaucoup plusimportants que les bénéfices »,déclarent les chercheurs.