« Ces économies se dirigent vers la récession », affirme un analyste

Les banques centrales étant occupées à relever les taux d’intérêt, les craintes de récession s’intensifient. Rob Subbaraman, économiste chez Nomura, s’attend à ce que plusieurs pays tombent en récession au cours des 12 prochains mois.

L’inflation galopante oblige les banques centrales à freiner. En augmentant systématiquement les taux d’intérêt, ils font en sorte que moins d’argent entre dans l’économie. Après tout, des taux d’intérêt plus élevés font qu’il est moins intéressant pour les entreprises, les gouvernements et les familles de s’endetter.

Danger de récession

Dans tous les cas, les régulateurs sont confrontés à un énorme défi. Une transition trop rapide pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la croissance économique. Certains experts n’excluent même pas une récession. Selon M. Subbaraman, plusieurs économies seront confrontées à un ralentissement au cours des 12 prochains mois.

« Les banques centrales font tout ce qu’elles peuvent pour lutter contre l’inflation. Ils veulent également maintenir leur crédibilité, c’est pourquoi ils agissent maintenant de manière agressive (aux États-Unis, par exemple, la Réserve fédérale a augmenté les taux d’intérêt de 75 points de base le mois dernier, ndlr) », a noté l’économiste dans une interview accordée au site d’information américain CNBC. « Nous soulignons depuis plusieurs mois qu’une récession est imminente pour plusieurs économies développées. »

M. Subbaraman prévoit que les régions suivantes entreront en récession d’ici un an : les États-Unis, la zone euro, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et le Canada. « Je m’attends à une récession américaine au quatrième trimestre de cette année. Elle durera cinq trimestres », ajoute-t-il.

« Je voudrais également souligner que lorsque de nombreuses économies s’affaiblissent, vous ne pouvez pas compter sur les exportations pour la croissance. C’est une autre raison pour laquelle nous pensons que ce risque de récession est réel et susceptible de se produire », dit-il.

Rattraper le temps perdu

« Les banques centrales du monde entier ont mené une politique monétaire accommodante pendant trop longtemps », poursuit-il. « Beaucoup d’entre eux étaient convaincus que la dépréciation de la monnaie n’était que temporaire. Ils doivent maintenant rattraper leur retard et essayer de maîtriser à nouveau l’inflation. »

Selon l’économiste, la Fed augmentera également les taux d’intérêt de 75 points de base en juillet. « Lors de la réunion suivante, le régulateur optera probablement pour une augmentation de 50 points de base. Après cela, nous pensons que la préférence ira à un ajustement de 25 points de base pour aboutir à des taux d’intérêt de 3,75 % en février », dit-il. « De telles interventions sont nécessaires de toute urgence. L’économie sera bien plus touchée si l’inflation reste aussi élevée. »

« Quoi qu’il en soit, nous devons aller de l’avant. Il est préférable pour l’économie et la société mondiales d’absorber cette douleur et de réduire l’inflation que de laisser l’inflation devenir vraiment incontrôlable, comme nous l’avons appris dans les années 1970 », conclut l’économiste.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20