Ce que cachent les 116 milliards de Samsung pour les puces électroniques

Alors que les géants de la technologie investissent massivement dans l’empire du semi-conducteur, Samsung veut devenir l’usine de construction des nouvelles puces dont toutes les entreprises ont besoin.

Si les semi-conducteurs ne vous parlent pas, ce sont pourtant la technologie du futur. Si Google, Apple et Amazon conçoivent de plus en plus leurs propres semi-conducteurs, c’est parce qu’ils permettront d’optimiser les opérations d’intelligence artificielle, les performances des serveurs et la durée de vie des batteries mobiles.

Sauf qu’il y a un élément manquant dans l’équation: la construction des cartes à puces qui intégreront ces semi-conducteurs. C’est là qu’intervient Samsung et son investissement de 116 milliards de dollars sur une décennie, révèle l’agence Bloomberg. Pour la faire court, c’est dans la prochaine étape de la miniaturisation des semi-conducteurs qu’investit la société sud-coréenne, la modernisation la plus coûteuse qu’elle ait jamais tentée. Les ambitions de Samsung sont limpides: devenir le leader de l’industrie de la fonderie et des puces électroniques, un marché à 250 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Un manque immense à combler

‘Un nouveau marché s’ouvre’, a déclaré Yoon Jong Shik, vice-président exécutif de l’activité fonderie de Samsung (la fabrication de puces). ‘Des sociétés comme Amazon, Google et Alibaba, qui manquent d’expérience dans la conception de silicium, cherchent à fabriquer des puces avec leurs propres idées de concept afin de stimuler leurs services. Je pense que cela apporterait une percée significative pour notre activité de puces non-mémoires.’

C’est donc une opportunité en or qui s’offre à Samsung, pourtant outsider dans ce domaine en plein essor. C’est pour l’instant Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC) qui domine avec plus de la moitié du marché, selon les données de TrendForce Corp. qui situent Samsung à 18%. Et la concurrence restera rude malgré les 10 milliards de dollars par an que Samsung compte dépenser dans ce domaine. TSMC entend lui dépenser 14 milliards de dollars pour cette année et la suivante.

Démarcher les clients

ES Jung, président et directeur général de l’entreprise de fonderie, a inauguré au début de l’année une usine EUV de 17 milliards de dollars à Hwaseong, en Corée du Sud. Elle devrait commencer sa production en masse dès février 2020. En attendant, il sillonne la planète à la recherche de clients, tel un démarcheur ambulant qui négocie des contrats. On espère que sa clientèle potentielle ne lui claque pas la porte au nez comme c’est souvent le cas.

Si Samsung parvient vaincre la concurrence, il ne manquera pas de clients dans ce secteur technologique prisé. Alors la Chine se tourne davantage vers ses fournisseurs nationaux, l’efficacité accrue des puces EUV permettrait à Samsung de solliciter des clients de la deuxième économie mondiale… L’ampleur de cet investissement prend tout son sens.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20