Pas de taux d’épargne plus élevés, mais certaines banques contre-attaquent les nouveaux bons d’État d’une manière différente

Contrairement à l’émission de septembre, le gouvernement ne souhaite pas que les nouveaux bons d’État concurrencent les bons d’épargne. Pourtant, quelque chose bouge dans les banques.

Pourquoi est-ce important ?

L'Agence fédérale de la dette a annoncé les taux d'intérêt en début de semaine. Comme prévu, le bon d'État à cinq ans s'élèvera à 1,82 % et le bon à huit ans à 2,03 %. Il s'agit de taux plutôt modestes, mais apparemment suffisamment élevés pour provoquer une réaction de la part de certaines banques.

Contexte : Alors que la période de souscription des nouveaux bons d'État débute (du 30 novembre au 8 décembre), de nombreuses institutions financières, dont trois des quatre grandes banques, augmentent leur taux d'épargne. Dans certains cas, il se rapproche de la barre des 3 %. Ce sont des taux que l'on n'avait pas vus depuis des années.

  • Vincent Van Peteghem (cd&v), ministre des Finances, se réjouira sans doute des changements de taux à venir. Les faibles taux d'épargne étaien
Cet article est uniquement disponible pour nos abonnés Premium
Accédez à trois articles gratuits par mois !
Business AM est le média belge qui vulgarise l’économie. Rejoignez notre communauté de plusieurs millions de lecteurs chaque mois.
Oui, je veux avoir accès à 3 articles Premium
Vous préférez vous abonner tout de suite ? Cliquez ici
Déjà abonné? Connectez-vous et recevez l’accès à tous nos articles Premium.
Plus d'articles Premium
Plus