La Belgique veut mettre un frein à la position dominante de booking.com

Le ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME, Willy Borsus, s’inquiète de la position dominante des centres de réservation en ligne, en particulier de booking.com, rapporte De Morgen. Selon le ministre, booking.com le plus grand site de réservations en ligne en Belgique (1.300 hôtels et plus de 6.000 logements touristiques) aurait des pratiques commerciales anti-concurrentielles.

Le ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME, Willy Borsus, s’inquiète de la position dominante des centres de réservation en ligne, en particulier de booking.com, rapporte De Morgen. Selon le ministre, booking.com le plus grand site de réservations en ligne en Belgique (1.300 hôtels et plus de 6.000 logements touristiques) aurait des pratiques commerciales anti-concurrentielles.

Willy Borsus espère, via des négociations, persuader booking.com d’adapter ses pratiques commerciales. Toutefois, si ces pourparlers n’aboutissent pas, le ministre menace de recourir à l’Autorité Belge de la Concurrence afin d’introduire une demande d’ouverture d’instruction.

Depuis longtemps, le secteur hôtelier se plaint des conditions imposées par booking.com. Par exemple, le fait que booking.com exige toujours le prix le plus bas pour une nuitée. Par conséquent, il est impossible pour les hôtels de pratiquer sur leurs propres sites des offres dont le prix serait inférieur à ceux pratiqués par booking.com.

D’autre part, booking.com demande des commissions qui varient de 12 à 18% pour les grandes chaînes d’hôtels.

Dans un certain nombre d’autres pays européens, comme l’Allemagne, la France, la Suède et l’Italie, booking.com est déjà obligé d’adapter ses pratiques commerciales. « En mai 2016, booking.com a présenté à Paris une charte en 10 points qui redonnait davantage de libertés et d’indépendance aux hôteliers. Mais cette charte, qui devait être d’application pour l’ensemble de l’Europe, ne l’est que dans quelques pays. Ailleurs, elle est en test. En Belgique notamment », explique Eric Catry, directeur de la section Hôtels de la Fédération Horeca Bruxelles dans La Libre Belgique. Le ministre Borsus souhaite qu’une réglementation similaire soit également d’application en Belgique.

Pour les petits hôtels, des commissions allant jusque 25% seraient demandées, selon la Fédération Horeca Bruxelles. Booking.com a démenti qu’une telle commission était exigée pour les hôtels indépendants. Par ailleurs, les engagements pris auprès des autorités de la concurrence en France, en Italie et en Suède, auraient été étendus à la Belgique dès le 1er juillet 2015, fait valoir booking.com.

Moteurs de recherche

Selon certains observateurs, booking.com exploite tellement bien les capacités des moteurs de recherche qu’il est presque impossible d’ignorer cette plate-forme sur Internet. Etant donné la force d’attraction de booking.com, une collaboration avec la plate-forme est presque obligatoire pour les exploitants d’hôtels.

Le secteur hôtelier essaie de pousser les voyageurs à réserver directement auprès des exploitants. Lors d’une négociation directe, il n’est en effet pas obligatoire de tenir compte des conditions de booking.com.

 

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20