Les images des émeutes après le match de Coupe du monde contre le Maroc font le tour de la presse internationale

De violentes émeutes ont eu lieu dimanche soir à Bruxelles, entre autres, après le match de football Belgique-Maroc. La presse internationale s’en est également fait l’écho.

Pourquoi est-ce important ?

On craignait déjà des émeutes avant le match. Plusieurs cafés de la capitale ont décidé de ne pas le diffuser, et la police a redoublé de vigilance. Les émeutes ont commencé avant même la fin de la rencontre.

Dans l’actu : La Belgique perd 0-2 contre le Maroc. Peu après le premier but marocain, annulé, des émeutes ont éclaté à Bruxelles.

  • La plupart des émeutiers se sont rassemblés sur le boulevard Maurice Lemonnier et le boulevard Anspach, entre la gare du Midi et la Bourse. Du mobilier de circulation a été détruit, ainsi que les portiques d’entrée des stations de métro, qui ont été fermés pour éviter que l’émeute ne se propage.
  • Les véhicules ont souffert : plusieurs voitures ont été incendiées, au moins une a été renversée. Des trottinettes partagées ont également été incendiées et utilisées comme projectile par les émeutiers. La police a dû charger avec des boucliers et un canon à eau, après plusieurs heures le calme est revenu dans la capitale. Sur certaines images diffusées par De Gazet van Antwerpen et d’autres, on voit quelques supporters pacifiques nettoyer le désordre laissé derrière eux.
  • L’atmosphère est aussi devenue sinistre à Anvers, notamment sur la Turnhoutsebaan à Borgerhout et à Hoboken. Le journaliste de VTM Rob Van herck, qui était sur les lieux pour un reportage, a été bousculé à plusieurs reprises en plein direct. Van herck a dû interrompre son reportage, mais n’a reçu aucune blessure physique à la suite des attaques. Une équipe de RTL-TVi a elle été agressée, les deux journalistes ont dû se réfugier dans un commerce
  • À Liège, un groupe d’une cinquantaine de personnes s’est dirigé vers un commissariat de police a été vandalisé.
  • Des émeutes ont également eu lieu de l’autre côté de la frontière, aux Pays-Bas, après la victoire du Maroc. À Amsterdam, La Haye et Rotterdam, entre autres, les forces de sécurité ont dû se rendre sur place.

On note : la presse internationale a fait écho des émeutes du dimanche soir.

  • « Le match de la Coupe du monde Belgique-Maroc déclenche des émeutes à Bruxelles, des dizaines d’arrestations », titre Reuters sur son site internet.
  • « Des manifestants ont mis le feu à une voiture à Bruxelles après la défaite de la Belgique contre le Maroc », écrit The Guardian.
  • Le New York Times reprend une photo de l’AFP : « Des émeutes ont éclaté au cœur de Bruxelles et dans plusieurs autres villes belges dimanche, après la défaite de la Belgique face au Maroc lors de la Coupe du monde. »
  • Des sites web tels que Politico, Bloomberg, France24 et ont également publié des articles sur les faits, BFMTV et plusieurs autres chaines d’info en continu ont diffusé les images, qui ont bien sûr fait le tour des réseaux sociaux.
  • La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) a condamné les émeutes sur Twitter : « Triste de voir comment quelques-uns profitent de la situation pour se révolter. Merci à nos forces de police qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à cette situation, et qui feront tout dans les prochains jours pour identifier les émeutiers. »
  • L’opposition était plus tranchante. « S’ils avaient perdu, [le journaliste] serait probablement déjà à l’hôpital depuis quelques heures… quelle racaille », a commenté le député N-VA Theo Francken les images du journaliste de VTM agressé, en faisant référence aux jeunes émeutiers d’origine marocaine.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20