‘Arrêtez de vous plaindre de la pandémie et de son impact sur les gens’: le patron de KPMG UK dérape… et démissionne

Bill Michael, patron de KPMG Royaume-Uni, a démissionné – Isopix

Après s’être d’abord retiré ‘temporairement’ de ses fonctions, le patron de la branche britannique de KPMG a finalement remis sa démission. En cause, un dérapage lors d’une réunion tenue en début de semaine.

Lundi, une réunion de la branche britannique de KPMG a tourné au vinaigre. Réunissant 500 salariés du cabinet d’audit et ses plus hauts responsables, elle a vu des employés faire part de leurs craintes quant à la situation. D’après le Financial Times, ceux-ci auraient partagé leurs inquiétudes au sujet d’une possible baisse de leurs salaires et de leur bonus en raison de la crise sanitaire et économique. Ils auraient également émis des griefs envers le système de mesure des performances des employés, classés du meilleur au moins bon.

Des remarques qui n’ont pas du tout plu à Bill Michael, le président du cabinet d’audit outre-Manche. Il a demandé à ses employés de ‘cesser de se plaindre’ de l’impact de la pandémie et du confinement sur la vie des gens et ‘d’arrêter de jouer la carte de la victime’.

Dès que l’affaire est sortie dans la presse, KPMG a annoncé lancer une enquête au sujet de l’incident. Bill Michael a présenté ses plus plates excuses. Il s’est dit ‘vraiment désolé’ que ses paroles ‘aient causé du tort à ses collègues’. Il a ensuite annoncé se retirer temporairement. Mais finalement, il a présenté sa démission ce vendredi, reconnaissant que sa position était devenue ‘intenable’.

Deux femmes pour le remplacer?

Juste avant la démission de Bill Michael, KPMG avait promu deux femmes à la tête de sa branche britannique, le temps de l’enquête. Bina Mehta, alors membre senior du conseil d’administration, avait été nommée à la présidence de ce CA. Mary O’Connor, alors responsables clients et marchés, devait assumer les responsabilités exécutives quotidiennes de Michael.

C’est la toute première fois que des femmes sont nommées par le cabinet d’audit à ces deux postes haut placés. On ne sait pas encore si elles y seront confirmés. KPMG Royaume-Uni a annoncé qu’il organisera des élections en interne afin de réorganiser son leadership.

‘Bill a apporté une énorme contribution à notre cabinet au cours des 30 dernières années, en particulier au cours des trois dernières années en tant que président, et nous lui souhaitons tout le succès possible pour l’avenir’, a commenté Bina Mehta.

Craintes justifiées

Cette affaire survient une semaine après la publication des résultats annuels de KPMG Royaume-Uni. Ils ont révélé que 582 associés avaient vu leur salaire reculer de 11% en moyenne. La rémunération de Bill Michael avait elle aussi chuté, de 14%. Des mesures prises, selon le groupe, pour faire des économies et protéger des emplois.

Au total, le chiffre d’affaires de la branche britannique de KPMG a baissé de 4%, à 2,3 milliards de livres.

Avec PwC, EY et Deloitte, KPMG fait partie du ‘big four’, ces quatre grands cabinets d’audit qui dominent le secteur. Ces dernières années, plusieurs scandales comptables les ont éclaboussés outre-Manche. Cela devrait bientôt déboucher sur des réformes gouvernementales afin d’instaurer plus de concurrence et une diminution des conflits d’intérêts.