Après l’UE, c’est au tour des États-Unis d’envisager un chargeur universel. L’USB-C sera-t-il aussi préconisé?

La décision de l’Union européenne d’imposer un chargeur unique pour le marché européen semble avoir inspiré les États-Unis. Plusieurs législateurs américains ont en effet signé une lettre envoyée au secrétaire américain au Commerce pour « élaborer un plan complet qui protégera à la fois les consommateurs et l’environnement en remédiant à l’absence d’une norme de tarification commune aux États-Unis ».

Mauvaise nouvelle pour Apple. La firme de Cupertino est pressée de toutes parts pour rentrer dans le moule et adopter un chargeur commun à l’ensemble des constructeurs de smartphones, tablettes et autres appareils technologiques. Après les pressions de l’Union européenne pour adopter l’USB-C comme connecteur unique, c’est désormais au tour des États-Unis d’en faire de même. Inspirés par l’initiative européenne, des législateurs américains souhaitent en effet imposer un chargeur commun sur le marché américain.

« Nous ne pouvons pas permettre à l’industrie de l’électronique grand public de donner la priorité à la technologie de charge propriétaire et inévitablement obsolète au détriment de la protection des consommateurs et de la santé environnementale », indiquent-ils dans leur lettre adressée au secrétaire américain au Commerce. S’ils ne font pas mention d’Apple, difficile de ne pas y voir une allusion à l’entreprise.

L’irréductible Apple

La firme à la pomme est en effet la dernière à résister à l’adoption d’un chargeur commun, tout du moins sur le marché européen. La très grande majorité des fabricants de smartphones ont déjà adopté, et ce, depuis longtemps, le format préconisé par l’UE, à savoir l’USB-C. Il faut dire que le dossier est sur la table depuis une bonne dizaine d’années. Ils ont donc eu tout le temps de se mettre en ordre, mais un acteur continue de faire des siennes ; Apple.

L’entreprise n’a en effet cessé de critiquer le projet de chargeur universel, assurant qu’il freinerait les évolutions technologiques.

Elle n’a cependant plus le choix, elle devra se plier à l’exigence de l’UE d’ici 2024 si elle veut continuer à vendre ses produits sur le marché européen – à moins qu’elle ne propose des appareils sans aucun port, ce qui est aussi possible.

Si les États-Unis venaient effectivement à adopter un chargeur commun, Apple ne serait pas totalement dérouté puisque l’UE l’y aura déjà préparé.

Préoccupations environnementales

Dans leur lettre, les législateurs évoquent comme argument le « préjudice économique et environnemental causé par l’incapacité de l’industrie de l’électronique grand public à établir des normes uniformes en matière d’accessoires de chargement », ce qui les pousse « à changer fréquemment d’accessoires de chargement.

Des arguments qui se rapprochent fortement de ceux de l’UE pour l’adoption de l’USB-C comme chargeur universel. Les politiques américains ne s’en cachent d’ailleurs pas et demandent au secrétaire au Commerce de suivre l’exemple de l’UE, car cela permettrait de « réduire les coûts inutiles pour les consommateurs, d’atténuer les déchets électroniques et de rétablir le bon sens et la certitude du processus d’achat de nouveaux appareils électroniques ».

Le connecteur USB-C ?

À aucun moment dans la lettre, il n’est question de l’USB-C comme connecteur de choix, mais les chances pour qu’il soit préconisé comme le format à adopter sont grandes. Outre l’exemple de l’UE, la plupart des fabricants – et pas seulement de smartphones – l’ont déjà adopté, en raison des avantages qu’il offre.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20