Marchés:
Chargement en cours…

SAMEDI 05 DéC

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Alors que les compagnies aériennes coulent lors de la 2e vague, KLM voit des opportunités

Logo Business AM
Business

19/10/2020 | Sofie Van Waeyenberghe | 6 min de lecture

La deuxième vague déferle sur l’Europe, et une fois de plus, le secteur de l’aéronautique est l’une de ses principales victimes. Dans un épisode de Hardtalk, Pieter Elbers, PDG de KLM, a donné sa vision de la reprise, avec quelques motifs d’espoir.

Les chiffres présentés par Eamonn Brennan d’Eurocontrol parlent d’eux-mêmes. Dans l’Union européenne, il y a eu 50% de passagers en moins. Le secteur aéronautique européen a dû céder 69% de son chiffre d’affaires et 1,7 milliard de passagers.

Ryanair, la plus grande compagnie d’Europe, doit faire avec 69% de passagers en moins. C’est la pire crise jamais enregistrée pour les compagnies low cost. EasyJet a dû renoncer à 84% de ses vols le 14 octobre. Selon Brennan, cela restera le cas pour la compagnie britannique au moins jusqu’en janvier 2021.

24 vols par jour

Ces chiffres affectent tout le monde. KLM, la sixième compagnie aérienne en Europe, et la plus importante pour le hub de l’aéroport de Schiphol, n’y échappe pas. Malgré les vols de rapatriement et les vols cargo pendant les premiers jours de la crise, le PDG Pieter Elbers a dû faire face à la réalité. Le 14 octobre 2020, KLM a opéré 386 vols, soit moins de 50% de se capacités l’année précédente.

Et tout cela pour le 100e anniversaire de KLM. L’année où l’aviation connaît ‘sa plus grande crise de tous les temps’, selon Pieter Elbers. Pourtant, il est convaincu des capacités de KLM à remonter la pente.

‘Le besoin de voler entre de petites villes restera. Schiphol est une bonne plaque tournante qui peut faciliter cela’, déclare Elbers. ‘Je suis donc convaincu que nous aurons une bonne année après le coronavirus’.

Initialement, KLM a interrompu presque tous les vols pendant la crise. Au point le plus bas, environ 24 avions par jour ont décollé. ‘Après cela, nous avons rapidement recommencé à étendre notre offre. Pour que nous puissions desservir à nouveau ces petites villes. Mais bien sûr, là où nous avions l’habitude de voler vers une destination cinq ou six fois par jour, on se limite maintenant à une fois.’

Vers une fusion des compagnies aériennes ?

Le secteur se reprendra donc, poursuit Elbers. ‘De nombreuses régions traversent actuellement une crise économique et le trafic aérien, tant pour le fret que pour les affaires, jouera un rôle crucial dans cette reprise. Mais une crise est aussi une source importante d’innovation et de progrès’, soutient le PDG.

Après l’éruption volcanique d’Eyjafjallajökull, nous avons découvert pleinement les réseaux sociaux et nous en avons profité, donne Elbers comme exemple. Nous allons donc aussi apprendre quelque chose de cette crise.’

Mais une crise signifie souvent aussi une consolidation. ‘Si nous regardons l’industrie, nous voyons que l’UE a dix ans de retard sur les États-Unis en termes de consolidation’, déclare Elbers. ‘Là, les six plus grands contrôlent 95% du secteur. Cela se produira probablement aussi dans l’UE. Mais nous avons une situation différente ici, car ce sont des pays différents, donc la marque sera souvent conservée. Cela peut aussi être un point fort.’ Le CEO fait ici référence à la fusion de certaines compagnies aériennes. Même si chaque pays voudra sans doute conserver la marque qui l’identifie.

Pieter Elbers, CEO de KLM – Credit: ROMUALD MEIGNEUX/SIPA/

Privatisation

Elbers note que les gouvernements font maintenant de leur mieux pour soutenir financièrement leur industrie aéronautique, mais que la privatisation pourra retrouver sa place. Plusieurs gouvernements se sont achetés temporairement des compagnies aériennes pendant la crise, une condition de leur aide financière. ‘Dans le passé, la privatisation s’est traduite par des prix plus bas et une meilleure qualité, mais si vous regardez l’impact économique de la crise, il est logique que le soutien arrive’, a-t-il déclaré. ‘Les aéroports, en revanche, sont mieux entre les mains des gouvernements.’

KLM-Air France a reçu quelque 10 milliards d’euros des mains du gouvernement.

Pour Elbers, les autorités ont encore un rôle à jouer: ‘L’unification de l’espace aérien européen est sur la table depuis longtemps. Il faut juste un peu de courage politique. Il n’y a actuellement rien de tel, mais l’élan créé par la Covid peut finalement être un coup de pouce pour le secteur.’

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    64.520.350
  • Nombre
    de décès
    1.493.624
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    587.439
  • Nombre
    de décès
    17.142
Logo Business AM

Business AM | Stocks