À termes, Nissan ne veut vendre que des voitures électriques sur ses marchés clés

Makoto Uchida, huidige topman van Nissan. – Koji Ito/AP

Le constructeur automobile Nissan souhaite vendre uniquement des voitures électriques sur ses marchés-clés que sont son pays d’origine, le Japon, la Chine, les États-Unis et l’Europe, d’ici dix ans.

Ce changement de cap devrait aider l’entreprise à devenir neutre en CO2 d’ici 2050.

Il y a dix ans, le constructeur avait lancé la Nissan Leaf électrique, dont plus de 500.000 exemplaires ont été vendus. Au ‘début des années 2030’, toutes les nouvelles voitures vendues sur les principaux marchés devraient fonctionner avec des systèmes de propulsion électrique.

Malgré la popularité de cette Nissan Leaf, l’entreprise vend toujours davantage de voitures qui fonctionnent aux combustibles fossiles. Les modèles de 2019 les plus vendus au Japon, en Europe, aux États-Unis et en Chine sont en effet équipés de moteurs à essence ou diesel.

Afin de devenir neutre en CO2 en moins de trente ans, Nissan se concentre sur le développement de batteries pour la conduite électrique, ce qui devrait permettre aux voitures rechargeables de rivaliser en prix avec les modèles ‘traditionnels’.

En outre, le fabricant souhaite travailler plus étroitement avec les entreprises énergétiques pour rendre les réseaux d’électricité plus écologiques. Nissan vise ici des systèmes dans et sur les bâtiments qui peuvent générer de l’énergie renouvelable. Ses propres processus de production doivent également devenir plus efficaces sur le plan énergétique. Nissan n’a pas divulgué le niveau d’investissement requis pour cela.

Neutre en CO2 n’est pas la même chose que de ne pas émettre de CO2 du tout. Les entreprises peuvent également y parvenir en compensant leurs émissions par d’autres projets qui éliminent les gaz à effet de serre de l’air.