À quoi ressemblera notre planète en 2500 suite au changement climatique ?

De nombreux rapports fondés sur des recherches scientifiques évoquent les effets à long terme du changement climatique – tels que l’augmentation des gaz à effet de serre, des températures et du niveau des mers – d’ici à 2100. Mais qu’en sera-t- il par la suite ? Les projections climatiques qui vont au-delà de 2100 ne sont pas prises en compte dans les décisions générales en matière d’adaptation au climat et d’environnement. Un peu étrange, puisque les personnes nées aujourd’hui n’auront que 70 ans en 2100. À quoi ressemblera le monde pour leurs enfants et petits-enfants ?

Pourquoi est-ce important ?

Même si les humains cessaient immédiatement d'utiliser les combustibles fossiles qui libèrent des gaz à effet de serre dans l'atmosphère de la planète, le monde continuera à se réchauffer au cours des cinq prochains siècles et les océans continueront à monter.

L’accord de Paris, par exemple, nous oblige à limiter le réchauffement à moins de 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels d’ici la fin du siècle. Depuis 1990, nous évaluons nos progrès tous les deux ans grâce aux rapports d’évaluation scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et aux rapports spéciaux connexes. Les rapports du GIEC passent en revue les recherches existantes pour nous montrer où nous en sommes et ce que nous devons faire avant 2100 pour atteindre nos objectifs, et ce qui pourrait arriver si nous ne le faisons pas.

L’évaluation des Nationally Determined Contributions (NDC) des Nations unies, publiée récemment, avertit que les promesses actuelles des gouvernements en matière de climat nous exposent à un réchauffement très dangereux de 2,7 degrés Celsius d’ici à 2100 : cela signifie des incendies, des tempêtes, des sécheresses, des inondations et des chaleurs sans précédent, ainsi que des modifications profondes des écosystèmes terrestres et aquatiques.

Et bien que certaines projections climatiques aillent au-delà de 2100, elles ne sont pas prises en compte dans le processus décisionnel actuel en matière d’adaptation au climat et d’environnement. C’est surprenant car les personnes nées aujourd’hui n’auront que 70 ans en 2100. À quoi ressemblera le monde pour leurs enfants et petits-enfants ?

Pour comprendre, planifier et communiquer toute l’étendue des impacts climatiques, quel que soit le scénario, même ceux qui sont conformes à l’accord de Paris, les chercheurs et les responsables politiques doivent regarder bien au-delà de l’horizon 2100. Le climat cessera-t-il de se réchauffer en 2100 ? Si ce n’est pas le cas, qu’est-ce que cela signifie pour les humains aujourd’hui et dans le futur ? Dans un récent article en libre accès paru dans Global Change Biology, des scientifiques commencent à répondre à ces questions.

Neuf tableaux

Leurs projections ont permis de modéliser des scénarios d’atténuation faibles (RCP6.0), moyens (RCP4.5) et élevés (RCP2.6) du CO2 jusqu’en l’an 2500. Ce dernier correspond à l’objectif « bien en dessous de 2 degrés Celsius » de l’Accord de Paris. Ils ont également modélisé la répartition de la végétation, le stress thermique et les conditions de croissance de nos principales cultures actuelles, afin de se faire une idée du type de défis environnementaux auxquels les enfants d’aujourd’hui et leurs descendants pourraient devoir s’adapter à partir du 22e siècle.

Ils ont constaté que les températures moyennes mondiales continuent d’augmenter au-delà de 2100 dans le cadre des PCR4.5 et 6.0. Dans ces scénarios, la végétation et les meilleures zones de croissance se déplacent vers les pôles et la zone adaptée à certaines cultures se réduit. Des lieux ayant une longue histoire de richesse culturelle et écosystémique, comme le bassin de l’Amazone, peuvent devenir infertiles. Ils ont également constaté que le stress thermique peut atteindre des niveaux mortels pour les habitants des zones tropicales actuellement très peuplées. Ces zones peuvent devenir inhabitables. Même dans des scénarios d’atténuation élevés, ils ont constaté que le niveau des mers continue à augmenter en raison de l’expansion et du mélange de l’eau dans les océans qui se réchauffent.

Pour montrer réellement à quoi pourrait ressembler un monde où les émissions de CO2 seraient peu atténuées et où la chaleur serait élevée par rapport à ce que nous avons connu jusqu’à présent, neuf tableaux couvrant un millier d’années (1500, 2020 et 2500 de notre ère) ont été créés dans trois grands paysages régionaux (l’Amazonie, le Midwest des États-Unis et le sous-continent indien). Les images pour l’année 2500 sont basées sur les projections RCP6.0 et contiennent des versions quelque peu avancées mais reconnaissables des technologies actuelles.

L’Amazonie

L’image du haut montre un village indigène traditionnel avant l’arrivée des colons (1500) avec un accès à la rivière et des cultures plantées dans la forêt tropicale. L’image du milieu est un paysage contemporain. L’image du bas correspond à l’année 2500 et montre un paysage aride et une nappe phréatique basse en raison du déclin de la végétation, avec des infrastructures rares ou dégradées et une activité humaine minimale.

Le Midwest américain

Le tableau supérieur est basé sur des villes et des communautés indigènes avec des bâtiments et une agriculture diversifiée à base de maïs avant l’arrivée des Européens. Le second est la même zone aujourd’hui, avec une monoculture de céréales et de grandes machines de récolte. La dernière image, en revanche, montre une agriculture s’adaptant à un climat subtropical chaud et humide, avec une agroforesterie subtropicale imaginée à base de palmiers à huile et de plantes grasses en zone sèche. Les cultures sont entretenues par des drones à IA, avec une présence humaine réduite.

L’Inde

L’image du haut est une scène de village agricole, avec des plantations de riz et une vie sociale animée. La seconde est une scène contemporaine qui mêle la culture traditionnelle du riz à des infrastructures modernes. L’image du bas montre l’avenir des technologies d’adaptation à la chaleur, y compris l’agriculture robotisée et les bâtiments verts avec une présence humaine minimale en raison de la nécessité d’un équipement de protection individuelle.

Une conclusion inconfortable

L’an dernier, des scientifiques norvégiens sont déjà parvenus à la conclusion inconfortable que le réchauffement de la planète allait probablement se poursuivre jusqu’en 2500 environ. Même si les humains cessent immédiatement d’utiliser les combustibles fossiles qui émettent des gaz à effet de serre dans l’atmosphère de la planète, les températures continueront à augmenter au cours des cinq prochains siècles.

D’après leurs calculs, dans le meilleur des cas, c’est-à-dire en passant à des émissions nulles maintenant, les températures mondiales seront encore supérieures d’au moins 3°C en l’an 2500 et le niveau des mers de trois mètres. Même avec un arrêt radical des émissions qui alimentent le réchauffement de la planète, ils préviennent que la glace de l’Arctique continuerait à fondre, que la vapeur d’eau continuerait à s’accumuler dans l’atmosphère, que le permafrost continuerait à dégeler et que de vastes réservoirs de carbone ancien piégé dans le sol autrefois gelé s’échapperaient dans l’atmosphère.

Ils ont également calculé que l’homme aurait dû commencer à réduire les émissions de gaz à effet de serre il y a six décennies pour maintenir les températures continentales et le niveau des mers tels qu’ils étaient pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité. Et pour ralentir le réchauffement, les pays doivent s’unir pour retirer de l’atmosphère 33 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) – un volume presque inimaginable – chaque année à partir de maintenant.

Même si le monde agit de manière agressive, les océans continueront à monter

Comme pour les températures, l’élévation du niveau de la mer est et continuera d’être une longue histoire. Contrairement à de nombreuses autres études sur le niveau de la mer, une étude réalisée par des glaciologues de Copenhague tente de prévoir la hauteur de l’élévation de la mer, non pas d’ici 2100, mais jusqu’en 2500.

Si nous passions au zéro émission maintenant, le niveau des mers augmenterait en moyenne d’un peu plus de deux mètres d’ici à 2500. Si nous continuons comme pour l’instant, ce sera 6 à 8 mètres. Dans certains endroits, l’élévation du niveau de la mer pourrait être encore plus importante, en raison notamment des variations des courants océaniques.

Ainsi, même si le monde prend des mesures énergiques pour limiter la consommation de combustibles fossiles, les océans continueront de monter. En effet, chaque gramme de dioxyde de carbone que nous rejetons dans l’atmosphère y reste pendant des décennies, piégeant la chaleur du soleil et réchauffant la planète. La majeure partie du CO2 qui flotte aujourd’hui au-dessus de nos têtes est là depuis plusieurs décennies, et chaque tonne de charbon et chaque litre d’essence que nous brûlons aujourd’hui s’y ajoute.

La chaleur retenue par les gaz à effet de serre fait augmenter le niveau des mers de trois façons. Premièrement, elle augmente la température des océans et dilate l’eau de mer. Deuxièmement, elle fait fondre la glace qui se trouve sur la terre ferme dans des endroits comme le Groenland et l’Antarctique. Troisièmement, elle peut faire en sorte que la glace terrestre s’écoule plus rapidement dans la mer, même si elle ne fond pas.

Cependant, ces choses prennent du temps. Il faut des années pour que la chaleur piégée atteigne les océans, ce qui fait que l’expansion de l’eau de mer ne suit pas la hausse des températures. La fonte de la glace ne dépend pas seulement de la chaleur, mais aussi de la durée de celle-ci. Après tout, un glaçon peut survivre à un four à 260 degrés si vous l’y laissez quelques secondes seulement. Laissez-le dans un four à 35 degrés pendant 20 minutes et il fondra complètement.

La grande question est de savoir si nous passerons à une civilisation de type 1

Peut-être nos descendants du 26e siècle regarderont-ils leurs ancêtres et verront-ils que nous nous sommes mis à réagir juste avant le déluge. Peut-être verront-ils que nous avons opéré le type de changements technologiques, culturels et politiques nécessaires pour éviter les extinctions massives, les bouleversements politiques, la destruction de l’environnement, voire l’effondrement de la civilisation. Ou peut-être se souviendront-ils d’un peuple qui a volontairement conduit le monde à la ruine.

Progressivement, cependant, nos descendants verront leur technologie progresser – et si la technologie a créé les risques de changement climatique anthropique et de guerre nucléaire, elle nous offre également la possibilité de changer de cap et de nous améliorer. Le physicien théoricien et prospectiviste Michio Kaku prédit qu’en seulement 100 ans, l’humanité passera d’une civilisation de type 0 à une civilisation de type I sur l’échelle de Kardashev. En d’autres termes, nous deviendrons une espèce capable d’exploiter la totalité de l’énergie d’une planète.

Avec une telle puissance, les gens du 26e siècle pourraient optimiser les technologies d’énergie propre comme la fusion nucléaire et l’énergie solaire. De plus, ils pourraient manipuler l’énergie planétaire pour contrôler le climat mondial. Pourtant, les futurologues ne s’accordent pas sur le moment où cette mise à niveau hypothétique de nos prouesses technologiques aura lieu – et la mise à niveau elle-même est loin d’être certaine. Les sceptiques soulignent la direction que le monde a de plus en plus prise au cours de la dernière décennie et affirment que les forces politiques et économiques pourraient bien nous empêcher de faire le saut.

Notre technologie s’est améliorée de manière exponentielle depuis le XVIe siècle et ce rythme devrait se poursuivre dans les siècles à venir. Le physicien Stephen Hawking a suggéré qu’en l’an 2600, cette croissance nous amènera à publier 10 nouveaux articles de physique théorique toutes les 10 secondes. Si la loi de Moore se vérifie et que la vitesse et la complexité des ordinateurs doublent tous les 18 mois, certaines de ces études pourraient être l’œuvre de machines hautement intelligentes. D’autre part, Hawking a également prédit que la surpopulation et la consommation d’énergie rendraient la terre inhabitable d’ici 2600.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20