24 milliards de dollars en marchandises attendent d’être déchargés au large des ports de Californie

Les économistes de la banque de Goldman Sachs avertissent leurs clients d’importants retards dans le transport maritime, qui ont des effets immédiats sur l’économie. Analyse de la situation en quelques chiffres.

Au large des ports californiens de Los Angeles et Long Beach, des douzaines de bateaux-conteneurs attendent leur tour pour entrer dans les ports et être déchargés. La valeur totale des marchandises bloquées est estimée à 24 milliards de dollars, selon les économistes de la banque, repris par CNN Business.

Même après avoir été déchargés, les conteneurs restent encore longtemps dans les ports. Sur le mois de septembre, un tiers des conteneurs restait ainsi plus de cinq jours. Avant la pandémie le roulement était beaucoup plus rapide. A échelle nationale, le temps de déchargement aurait triplé, comparé aux normes historiques.

Malgré des promesses de passer à un service en continu dans les ports, qui aiderait effectivement un peu à augmenter la vitesse de déchargement, un problème majeur dans la chaine de distribution des biens reste le manque de main d’œuvre, notamment de chauffeurs routiers.

Jusqu’au moins la moitié de 2022

La congestion du trafic maritime et la hausse des prix en résultant devrait continuer jusqu’aux moins la moitié de l’année 2022, ajoutent les experts. Pour l’heure, les économistes estiment que le pic des livraisons de cadeaux de Noël, et/ou Black Friday, est passé. L’embouteillage devrait donc légèrement baisser, puis baisser davantage après le Nouvel an chinois. A condition qu’il n’y ait pas de surprise qui bouscule encore davantage la chaine, comme un confinement par exemple.

Le retard se fait également sentir sur les sites de vente en ligne. Selon une autre source citée par le média, le nombre de produits en rupture de stock sur les sites ont augmenté de 172% par rapport à janvier 2020.

Plus
My following

Vidéo: l'inflation atteint un niveau record

08/12/2021 12:39

(ABM FN) En novembre, la hausse des prix dans la zone euro a été la plus rapide enregistrée depuis la création du bloc en 1999, l’inflation globale se hissant à 4,9 pour cent en glissement annuel. C'est ce que conclut le stratège en investissement Vincent Juvyns de JPMorgan Asset Management.

Si l’augmentation des prix de l’énergie a fortement contribué à ce résultat, l’inflation sous-jacente s’est aussi inscrite en forte hausse, à 2,6 pour cent en glissement annuel.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20