Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 10 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

12 raisons pour lesquelles Uber est une grosse bulle

Logo Business AM
Économie

10/12/2018 | Dominique Dewitte | 10 min de lecture

Uber s’est créée un halo de société incontournable et invincible. Mais derrière cette façade se cache une autre histoire …

En laminant impitoyablement l’industrie des taxis dans pratiquement toutes les villes du monde et en instaurant de bonnes relations publiques dans les médias professionnels et dans la Silicon Valley, Uber s’est apparemment créé une auréole de société incontournable et invincible. Mais derrière cette façade se cache une autre histoire,  écrit New York Magazine.

Car certains voient la société entrer rapidement en faillite. Au cours du trimestre précédent, la firme a subi une nouvelle perte de 1 milliard de dollars. Cela correspond à 12,5 millions de dollars … par jour, ou 500 000 $ par heure.

Uber, quelle est la part de hype et quelle est celle de la réalité? 

Uber n’a jamais été en mesure de prouver qu’elle serait rentable un jour. Tout espoir repose désormais sur une introduction en bourse, qui valoriserait la société à 120 milliards de dollars . Cela ne signifie rien de plus que trouver des personnes qui seraient disposées à payer encore plus que ce que d’autres ont bien voulu investir jusqu’ici.

© Getty Images

Voici déjà une série de raisons qui indiquent qu’Uber n’est pas voué à une longue vie :

1. L’application n’est pas sensationnelle technologiquement 

Uber est une compagnie de taxi avec une application. L’application n’est pas sensationnelle sur le plan technologique, et ne présente pas un obstacle pour la concurrence, car elle est souvent copiée par d’autres. D’autres applications similaires, développées pour un grand éventail d’activités (livraisons de pizzas, compagnies aériennes…) n’ont jamais recueilli la valorisation revendiquée par Uber. Contrairement à Facebook ou à eBay, le service ne s’améliore pas lorsque de plus en plus d’utilisateurs utilisent l’application.

2. Il n’y a pas d’effet de réseau

Uber affirme que son application simplifie la vie des conducteurs et leur permet d’économiser de l’argent. C’est un mensonge. Plus de conducteurs signifie plus de concurrence et moins de trajets par conducteur. Les effets de réseau (avantages que les transporteurs et les entreprises de traitement de colis peuvent réclamer) ne s’appliquent pas à Uber. Les clients de taxi ne sont pas connectés avec le taxi suivant.

3. Plus de clients, plus de profit

Ce n’est pas parce qu’Uber a plus de clients que cela devient une meilleure entreprise. Uber ne fait rien d’autre ni mieux qu’une compagnie de taxi ordinaire. Il n’y a donc aucun avantage significatif associé à l’échelle. C’est pourquoi il n’y a pas de grandes compagnies de taxi détenant un monopole à l’échelle d’une ville. Ce n’est pas parce que vous avez 1 000 taxis qu’ils conduisent pour moins cher. 85 % du prix de revient est constitué par le conducteur, la voiture et le carburant. 15 % sont des coûts fixes et la marge bénéficiaire. Uber lui-même en fournit la preuve. Elle enregistre de plus en plus de courses, mais les pertes s’accumulent et l’on ne constate pas l’amélioration de la marge bénéficiaire – à laquelle on pourrait s’attendre de la part d’une entreprise en croissance.

© Getty Images

4. Chaque dollar qui entre est subventionné pour 24 cents

Uber a développé un grand réseau dans différentes villes du monde. Mais ce n’est pas si sorcier quand on subventionne chaque trajet. UberEats est gratuit (pour conquérir une part du marché) et, au dernier trimestre, la société a ajouté 26 cents pour chaque dollar reçu. En 2017, elle ne couvrait que 34 cents par dollar. La société a une marge bénéficiaire négative de 57 % . En comparaison, lors de ses 4 pires trimestres, lorsque Amazon avait perdu 1,4 milliard de dollars sur ses 2,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires, pour une marge négative de 50 %, elle avait licencié 15 000 personnes. Uber réduit sa structure de coûts en réduisant la rémunération des conducteurs, mais semble maintenant avoir atteint la limite, car le roulement des conducteurs augmente.

5. La subvention désavantage les conducteurs

Uber dispose de 20 milliards de dollars d’investissements, soit 2 600 fois plus qu’Amazon. Avec cet argent, elle est parvenue à évincer les sociétés de taxi traditionnelles (elles ne peuvent pas subventionner les courses) et il y a plus de conducteurs qui se font concurrence. Plus le nombre de conducteurs sur la route est élevé, plus les clients sont pris en charge rapidement et moins le conducteur individuel peut effectuer de trajets.

6. Le leadership du marché coûte de l’argent

Uber souhaite évincer les sociétés de taxi traditionnelles du marché pour augmenter ses prix. Cela ne fonctionnera pas car les clients réduiront alors le nombre de courses qu’ils effectuent avec elle. C’est la raison pour laquelle les taxis sont déjà jugés trop chers aujourd’hui. Si Uber réussit, de nouveaux acteurs arriveront sur le marché, qui travailleront à leur tour sous les prix d’Uber pour gagner des parts de marché, après quoi Uber devra choisir : réduire ses prix ou perdre des clients.

7. Uber dépend de l’arbitraire de ses conducteurs

Les compagnies de taxi traditionnelles présentent de nombreux avantages par rapport à Uber. Ceux qui ont une flotte de 25 taxis peuvent les assurer et de les entretenir moins cher qu’un chauffeur Uber individuel. Comme Uber ne possède pas de voiture, il ne peut pas planifier de capacité et tout dépend de la bonne volonté de ses chauffeurs. 

© Getty Images

8. Le succès semble lié à l’inculture financière de ses chauffeurs

Une grande partie des avantages d’Uber semble être liée à l’inculture financière de ses chauffeurs. Ils ne semblent pas comprendre ce que coûte une voiture pour l’entretien, l’assurance et le carburant. Une enquête récente montre qu’un conducteur UberX moyen gagne moins de 10 dollars (9 euros) de l’heure. Donc, ils gagneraient mieux chez McDonalds.

9. Les données ne valent pas grand chose

Toutes les données collectées par Uber ne lui procurent pas nécessairement un avantage concurrentiel. Les services de courses locaux ont des problèmes spécifiques difficiles à résoudre. Un chauffeur qui emmène quelqu’un à l’aéroport doit espérer trouver un autre passager désirant faire exactement le trajet du retour, sinon il devra attendre ce client pendant des heures, ou accepter de faire le trajet retour à vide. Il en va de même dans les villes où les employés affluent vers le lieu de travail le matin pour rentrer chez eux le soir. Si Uber avait trouvé une solution contre ces contraintes, celle-ci se serait déjà manifestée dans les résultats. 9 ans après les débuts d’Uber, on ne remarque rien de tel.

10. Uber a des coûts plus élevés qu’une société de taxi traditionnelle

Uber a des coûts plus élevés que les sociétés de taxi traditionnelles : des employés bien mieux payés, des bureaux luxueux, un service de recrutement, de relations publiques, des coûts de marketing, d’avocats, des billets d’avion et d’autres coûts liés à la gestion d’un réseau mondial.

11. Pourquoi cela est-il si mystérieusement résolu sur le revenu?

Uber s’efforce de ne pas publier de rapports financiers cohérents. En 2016, c’est la raison pour laquelle JP Morgan et Deutsche Bank n’ont pas proposé de parts d’Uber à leurs clients, même si cela pouvait mettre en péril leur réputation dans la perspective d’une possible introduction en bourse. Le rapport de gestion destinée aux investisseurs comprend 290 pages, mais il ne mentionne ni ses revenus nets, ni même son chiffre d’affaires annuel.

© Getty Images

12. La fable du taxi autonome

Ensuite, il y a la fable de la voiture autonome. Dans le magazine The New Yorker, Dara Koshrowshahi (notre photo ci-dessus), le CEO d’Uber, a déclaré en avril que tout espoir reposait désormais sur l’Advanced Technologies Group (ATG). C’est la division d’Uber qui est responsable du développement des voitures autonomes. Elle doit mettre sur le marché une voiture autonome bon marché aussi rapidement que possible. L’Américain d’origine iranienne est très optimiste quant à l’impact des voitures autonomes sur les coûts de transport. Parce qu’elles permettraient de supprimer le coût du conducteur. Mais … cela signifie que Uber doit investir massivement dans une flotte de voitures autonomes. Plutôt qu’une entreprise de technologie, Uber serait alors considérée comme une entreprise de taxis qui achète et exploite des voitures robotisées.

Conclusion: le business model est  un navire subventionné sans fond

Uber a réussi à faire assimiler sa popularité à un succès commercial. Rien n’est moins vrai. L’histoire selon laquelle la domination du marché générerait des bénéfices a déjà été percée et Uber ne parvient pas à trouver une meilleure histoire. Ce ne sont pas les compagnies de taxi, mais les investisseurs qui finiront par signer l’arrêt de mort d’Uber, car à long terme, le business model de la firme est un navire subventionné sans fond. 


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks