Les marchés:
Markten inladen...

VENDREDI 28 FéV

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

12 choses que vous devez savoir sur l’alcool et l’ivresse

Logo Business AM
Lifestyle

08/03/2019 | express.be | 8 min de lecture

« J’ai toujours préféré le terme ‘ivrogne’. ‘Alcoolique’ sonne comme une réussite et ‘alcoolisme’, comme une sorte de science », écrivit un jour l’auteur sino-britannique Timothy Mo. Voici 12 autres choses que vous devez savoir à propos de lalcool et de l’ivresse…

1. Certaines théories veulent nous faire croire que l’alcool a des effets économiques négatifs, mais des recherches récentes montrent que la consommation de spiritueux et les revenus sont corrélés de façon positive.

Des personnes consomment de l

Pixabay

Les chercheurs pensent que les deux sont liés parce que les gens qui boivent augmenter leur capital social, ce qui leur fait gagner plus d’argent. En outre, les hommes qui fréquentent les bars au moins une fois par mois gagnent 7 % de plus sur la prime de 10 % de ceux qui boivent sporadiquement. Les chercheurs concluent que l’alcool social augmente le capital social.


2. Pour des raisons qui ne sont pas claires, les abstinents augmenteraient leur risque de décès.

Une femme boit de l

C’est l’une des conclusions de l’étude menée par une équipe de recherches sous la direction de Charles Holahan à l’université de Texas, Austin. Ce qui est encore plus choquant, c’est que les abstinents présentent un taux de mortalité plus important que les gros buveurs.


3. Selon les chercheurs de l’université de Birmingham, il est néfaste de consommer de l’alcool dans des endroits que le cerveau n’associe pas à la prise d’alcool (par exemple au bureau).

glasses drink cheers alcohol party

Le cerveau a la capacité d’atténuer les effets de l’alcool, mais seulement dans les environnements familiers à la boisson, tel que chez soi ou avec des amis au café. Des que nous quittons ces endroits familiers et consommons de l’alcool, nous perdons cette capacité à contrôler les effets de l’alcool et devenons plus rapidement saouls.


4. Une étude de l’université de Miami démontre que les crises économiques mènent à plus de problèmes liés à l’alcoolisme.

Un homme s

Pixabay

Michael French, directeur du Health Economics Research Group de l’université américaine, remarque que le nombre de comas éthyliques augmente avec la hausse du taux de chômage. French ajoute que ce phénomène est observé chez les hommes comme chez les femmes.


5. L’alcool supprime la capacité des hommes à distinguer une attitude amicale de l’intérêt sexuel chez les femmes.

Unsplash Jordan Bauer

En revanche, ils ne perdent pas leur faculté de distinguer des vêtements provocants des vêtements plus conservateurs.


6. Les personnes qui font des bêtises sous l’emprise de l’alcool sont en sont bel et bien conscientes

Unsplash Julliete F

Néanmoins, elles persévèrent parce qu’elles s’en moquent. Selon Bruce Bartholow, professeur de psychologie à l’université du Missouri, l’alcool désactive les mécanismes du cerveau qui incite les gens à tempérer leurs ardeurs des qu’ils risquent de commettre une erreur.


7. Environ six élèves sur dix ont obtenu des résultats supérieurs à la moyenne et ont montré une tendance à la dépendance à l’alcool et à d’autres problèmes de comportement liés à l’alcool

[/media-credit] Le risque d’addiction serait plus important chez les étudiants qui publient librement sur Facebook à propos de leur consommation que chez ceux qui ne le font pas. Les chercheurs concluent que les réseaux sociaux contiennent les indications pouvant rapidement alerter les parents d’une consommation problématique chez leurs enfants.

8. Les Européens sont génétiquement programmés pour préférer un régime alimentaire plus riche en matières grasses et en alcool que les Asiatiques.

 

man alcohol addict cold drink

« La différence génétique doit provenir d’un mécanisme de survie qui a permis aux premiers Européens à survivre les mois froids d’hiver », expliquent des chercheurs écossais. « Le brassage de la bière et les produits laitiers ont été des sources importantes de calories au cours de ces périodes froides. Par conséquent, la préférence pour les aliments gras et l’alcool aurait été importante pour être en mesure de survivre ».

9. L’alcool donne une sensation de chaleur, alors qu’en réalité, on a encore plus froid.

 

homeless cold addict drunk poor

L’alcool dilate nos vaisseaux sanguins, ce qui rapproche notre sang de la surface de notre peau et en conséquence, de nos récepteurs nerveux. C’est ce qui nous donne l’impression d’avoir plus chaud. Mais en réalité, l’air froid prive notre corps de sa chaleur. Au fil des heures et des verres, la consommation d’alcool pour combattre la sensation de froid peut même mener à l’hypothermie.

10. Le profil psychologique de nombreux leaders fascinants, tels que les innovateurs technologiques comme Jeff Bezos, Mark Zuckerberg et Steve Jobs, nous apprend qu’ils sont plutôt accros à la prise de risque .

« Ce sont des personnes avec un désir irrésistible pour l’inaccessible. Ce que nous voulons  retrouver chez nos leaders sont les mêmes traits de personnalité que ce que nous décelons chez les accros, qu’il s’agisse d’accros à l’alcool, à la drogue ou au sexe ».

11. Selon une étude récente, une consommation excessive d’alcool déplace notre attention de la réalité vers la désirabilité. students beer alcohol drinking flickr Pabak Sarkar

Celui qui poursuit un certain objectif qui a bu un verre en trop, surestimera la faisabilité de son objectif, parce que le désir d’atteindre l’objectif l’emporte sur la réalité.

12. Selon les chercheurs de la Victoria University de Wellington, la Harvard médical School et la Plymouth University, il ne serait pas nécessaire de boire un verre d’alcool.

 

Young woman with glass drinking

La simple pensée de prendre un verre suffirait. Selon les chercheurs, c’est le phénomène de suggestion qui se produit, au cours duquel la simple pensée de l’objet – un verre de vin ou un calmant – produit le même effet que sa prise réelle.


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks