100 jours de présidence Macron : quel bilan ?

100 jours après son élection, il est l’heure de faire le bilan du début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Malgré une baisse de sa popularité et quelques fausses notes, le gouvernement mené par Macron semble pourtant être sur les rails. Détails.

Quatre jour avant la date officielle des 100 jours d’Emmanuel Macron, un tiers des Français seulement se disaient satisfaits des premières actions du président et de son gouvernement (36%). Après Jaques Chirac, Emmanuel Macron est le premier président à enregister la plus forte baisse de popularité après trois mois au pouvoir. Jacques Chirac avait en effet perdu 15 points après trois mois au pouvoir en 1995. François Hollande, lui, par exemple était à 46% au même moment. Mais la théorie des 100 jours importe peu à Macron. Pour lui, le mandat d’un président ne peut pas se jouer après cette période car elle constitue un moment pour établir « les fondations d’une action pérenne ». 

Adoption de deux lois phares

Deux lois emblématiques ont été passées depuis l’installation de Macron à l’Élysée. Premièrement, la loi sur la confiance dans la vie publique ou loi de moralisation de la vie publique. Adopté le 9 août, ce texte interdit aux ministres, aux parlementaires et aux élus locaux d’embaucher des membres de leur cercle familial. Pour le président, il s’agissait là d’une mesure importante. Autre loi, celle qui autorise le gouvernement à réformer le code du Travail par ordonnance. 

Des mesures peu populaires

Les syndicats de la fonction publique n’ont pas été ravi d’apprendre le gel du point d’indice qui sert à calculer leurs salaires. Autre mesure qui fâche, la hausse de la contribution sociale généralisée (la CSG). Elle impacte directement la vie des Français. Pour ce qui est de la taxe habitation qui s’appliquerait à 80% des ménages dès 2018, elle a suscité la grogne des communautés locales. Celles-ci ont peur de faire face à une réduction de leurs recettes, même si le gouvernement Macron promet une compensation. 

Autre mesure impopulaire, la diminution des aides au logement. Cette aide personnelle au logement devrait subir une baisse de 5 euros par mois par ménage à partir d’octobre suite à l’application d’une réforme d’économie budgétaire décidée sous le quinquennat précédent, apprend-on d’un responsable du ministère de la Cohésion des territoires.

Brigitte Macron 

La polémique n’a pas été évitée pour Brigitte Macron. Et c’est son statut qui pose problème. Car l’Élysée s’apprête à préciser le « rôle public » de l’épouse du président qui ne souhaite pas avoir le statut de Première dame. 

Les démissions de plusieurs membres importants du gouvernement Macron n’ont pas non plus ravi les Français. On parle de Richard Ferrand, François Bayrou ou encore le général de Villiers.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20