Y a-t-il assez de métaux rares pour les éoliennes et les voitures électriques ?

Les économistes préviennent que la transition écologique vers les voitures électriques et les énergies renouvelables entraînera une pénurie des matériaux rares essentiels. Si l’on ne remédie pas à cette pénurie, elle pourrait conduire à une inflation structurellement élevée.

Les économistes du Fonds monétaire international (FMI) ont récemment dressé la liste des métaux nécessaires à la fabrication d’une batterie typique de voiture électrique, allant de 8 kilogrammes à plusieurs dizaines de kilogrammes par batterie :

  • lithium
  • nickel
  • manganèse
  • cobalt
  • graphite

Et c’est sans compter les quantités considérables de cuivre nécessaires pour les stations de recharge. Les panneaux solaires contiennent également du cuivre, ainsi que du silicium, de l’argent et du zinc. Les éoliennes contiennent également du cuivre, ainsi que du minerai de fer et de l’aluminium.

De plus en plus d’experts tirent la sonnette d’alarme : si les projets ambitieux de l’Europe et des États-Unis en matière de voitures électriques et d’énergies renouvelables se poursuivent au rythme annoncé, une pénurie de ces métaux cruciaux est inévitable.

« La transition vers une énergie propre nécessaire pour éviter les pires effets du changement climatique pourrait déclencher une demande sans précédent de métaux dans les prochaines décennies », préviennent également les économistes du FMI.

La Chine, principal fournisseur

Ils ont également dressé une liste par pays des plus grands producteurs. Il en ressort clairement que la Chine a acquis un avantage géopolitique supplémentaire. Des pays comme l’Australie, l’Afrique du Sud et le Congo, producteur de cobalt, gardent également les fabricants de voitures électriques sur le qui-vive.

Fait révélateur, Tesla a récemment exhorté le gouvernement américain à ne pas imposer de taxe à l’importation sur le graphite chinois. Cela indique à quel point les métaux rares sont cruciaux pour la production de Tesla.

Inflation

Les géants miniers comme Vale et Rio Tinto recherchent assidûment de nouveaux projets miniers pour répondre à la demande croissante.

En Europe, les regards sont tournés vers l’exploitation potentielle du lithium en Serbie, qui, selon les économistes de Saxo Bank, pourrait répondre à près de 10 % des besoins annuels de l’Europe en matière de voitures électriques. Mais la population locale proteste vivement contre ce projet d’un milliard de dollars.

Selon Peter Garnry, stratège en investissement de Saxo Bank, les investisseurs gardent également un œil sur le marché tendu des métaux. « La transformation verte continuera à exercer une pression à la hausse sur plusieurs métaux clés, ce qui contribuera de manière significative au niveau d’inflation à long terme », écrit-il dans ses perspectives annuelles.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20