Vous souhaitez acheter une maison à Knokke-Heist ? Alors, vous devrez vous y domicilier, annonce le nouveau bourgmestre

Le nouveau bourgmestre de Knokke-Heist veut réduire le nombre de résidences secondaires sur sa commune – Isopix

Quiconque achète une maison ou un appartement dans certains quartiers de la station balnéaire sera bientôt obligé de s’y domicilier. C’est du moins ce que le nouveau maire, Piet de Groote, a dit vouloir instaurer dans une interview accordée au Tijd. Juridiquement, cependant, ce ne sera pas si évident à mettre en place.

Le successeur de Leopold Lippens, récemment décédé, veut éviter que l’immobilier ne devienne inabordable pour quiconque souhaite vivre à Knokke. Cette obligation n’aurait pas d’effet rétroactif et ne s’appliquerait qu’à toute personne qui achèterait à l’avenir un bien immobilier dans certains quartiers en dehors du centre touristique. ‘Sinon, tout sera racheté par les acheteurs de résidences secondaires’, indique De Groote.

Selon le bourgmestre, plus de la moitié des 39.000 maisons du territoire appartiennent déjà à des personnes qui n’habitent pas la ville. Il aimerait instaurer cette obligation de domiciliation l’année prochaine.

‘Friction avec les droits de propriété’

Ce n’est pas une mesure facile à mettre en place; aucune autre commune n’a d’ailleurs déjà instauré pareille règlementation. Le conseil communal de Knokke-Heist espère introduire l’obligation de domiciliation via le plan d’exécution spatial.

Toutefois, Steve Ronse, professeur de droit immobilier à la KU Leuven, s’interroge sur la faisabilité de ce projet. ‘À mon avis, un tel projet ne pourra jamais passer le test du Conseil d’État’, a-t-il analysé auprès du Tijd. ‘Cela semble très difficile du point de vue du droit de propriété’.

Leopold Lippens, qui a été le bourgmestre de la station balnéaire pendant 42 ans et qui est décédé la semaine dernière, était toujours heureux de voir les résidents de résidences secondaires. Selon lui, l’économie locale a prospéré grâce à ce phénomène. Les représentants du secteur immobilier local soulignent que l’obligation de domicile ‘est une entaille dans le portefeuille des personnes qui ont investi à Knokke-Heist’.