Une grande majorité d’économistes prévoient une année 2023 difficile pour la zone euro, mais ils se sont tous plantés en 2022

Comme chaque année, le Financial Times a interrogé un panel de 37 économistes en vue de les sonder pour l’année prochaine. Le pessimisme règne en maître.

Pourquoi est-ce important ?

Prévoir l'avenir économique est un exercice difficile. 2022 l'aura montré : tout le monde s'est planté. Très peu auraient pu prévoir l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Mais beaucoup n'ont pas voulu voir les risques de l'inflation, en particulier la BCE. La leçon : les prévisions ont leurs limites, et il faut toujours les prendre avec le recul nécessaire.

Dans l'actu : ce qu'il ressort du sondage du FT.

  • 90% des économistes ont estimé que la zone euro était déjà en récession, et que cette récession allait se poursuivre en 2023. Un recul de 0,01% du PIB, en moyenne. C'est plus pessimiste que la croissance faible prévue par la BCE, entre 0,3 % et 0,5 %.
    • La principale raison évoquée est la crise énergétique. Un grand point d'interrogation plane toujours au-dessus de l'hiver 2023-2024. Quoi qu'il advienne, les prix devraient se ma
Cet article est uniquement disponible pour nos abonnés Premium
Accédez à trois articles gratuits par mois !
Business AM est le média belge qui vulgarise l’économie. Rejoignez notre communauté de plusieurs millions de lecteurs chaque mois.
Oui, je veux avoir accès à 3 articles Premium
Vous préférez vous abonner tout de suite ? Cliquez ici
Déjà abonné? Connectez-vous et recevez l’accès à tous nos articles Premium.
Plus d'articles Premium
Plus