Un regard fuyant? N’y voyez pas forcément de la fourberie…

Selon le Dr Peter Hills, un psychologue de l’université Anglia Ruskin et le Dr Michael Lewis, de l’université de Cardiff qui ont mené des expériences pour voir comment l’humeur affectait la façon dont les gens regardent les autres, les personnes déprimées ou tristes évitent le contact oculaire. Ils ont démontré que les gens heureux détectaient plus facilement les changements dans le regard des gens qui étaient malheureux, alors que les gens déprimés ou tristes vont remarquer les changements de coiffure, et tous les autres changements « externes ».

« Les gens déprimés ont tendance à éviter le contact oculaire, dans les situations sociales comme en situation expérimentale, tandis que les gens heureux recherchent activement ce contact oculaire », explique le Dr Hills. Il pense que l’évitement du contact oculaire a tendance à renforcer l’isolement de ces personnes, parce que de cette manière, tout le monde est traité de la même façon impersonnelle. Il estime même que cet évitement pourrait conduire à la dépression. « Les gens tristes qui évitent le contact oculaire vont interrompre leurs rapports avec les autres, ce qui leur permettra de mettre fin à certaines situations sociales », explique Hills. « Bien que cela peut leur permettre de réduire l’anxiété causée par la situation en elle-même, cela peut aussi augmenter l’isolement social et intensifier leur humeur déjà triste. »