Un infirmier sur trois aspire à un autre emploi rapidement, un quart du personnel se sent démotivé et épuisé

Le quotidien flamand Het Nieuwsblad rapporte aujourd’hui les conclusions d’une étude internationale à laquelle la KUL a pris part, réalisée dans douze pays de l’UE et aux Etats-Unis. Les résultats de cette  enquête font apparaître la démotivation et l’insatisfaction du personnel infirmier.

Pour cette étude publiée dans le British Medical Journal, plus de 60.000 infirmières et infirmiers ont été interrogés au sujet de la satisfaction relative à leur emploi et à l’hôpital où ils exercent. 30% des infirmiers sondés disent vouloir rapidement changer de profession et 25% sont démotivés.

Dans notre pays, 3.186 infirmiers de 67 hôpitaux ont participé à l’enquête. Il en ressort qu’un infirmier belge sur trois souhaite changer d’emploi dans de brefs délais. D’autre part, 22% des interrogés sont insatisfaits de leur emploi. Ces chiffres montrent que trop d’infirmiers travaillent à contre-cœur alors que le manque de personnel infirmier se fait sentir en Belgique. Peter Degadt, directeur général de Zorgnet Vlaanderen, reconnaît que ces chiffres ne sont pas encourageants mais pour ce dernier, le gouvernement et les hôpitaux sont de plus en plus conscients du problème.