Dans la lutte contre l’invasion russe, l’Ukraine peut compter sur le soutien d’un allié inattendu

L’Occident tout entier a rapidement condamné le renforcement des troupes russes et l’invasion finale. Le pays assiégé a entre-temps été régulièrement approvisionné en nouvelles armes occidentales. Mais le flux des livraisons d’armes provenait également d’autres parties du monde. Du Pakistan, par exemple.

L’actualité : L’Ukraine pourrait bientôt accueillir la livraison de 159 conteneurs de munitions. L’expéditeur : Le Pakistan. C’est ce qu’écrit le journal économique indien The Economic Times.

  • Plus précisément, le Pakistan enverrait des munitions de 155 mm pour les obusiers ukrainiens. Les conteneurs seront expédiés de la ville portuaire pakistanaise à Gdansk, en Pologne, par le navire BBC Vesuvius. Il faudra donc attendre un certain temps avant que les munitions n’atteignent le champ de bataille.
  • Cependant, les munitions font cruellement défaut : le stock d’avant-guerre de l’Ukraine, qui se composait principalement de munitions soviétiques, était déjà complètement épuisé. L’Ouest a toutefois rapidement comblé cette lacune en fournissant ses propres obusiers et les obus d’artillerie correspondants.
  • Pourtant, l’Ukraine continue à chercher : avec 2 300 tirs par jour, les munitions s’écoulent à un rythme élevé. Les 159 conteneurs du Pakistan sont donc plus que bienvenus ; les munitions devraient être livrées dans la seconde moitié de janvier. En contrepartie, le Pakistan solliciterait l’aide de l’Ukraine pour moderniser ses Mi-17, des hélicoptères de fabrication soviétique.

Histoire : Une alliance étroite entre le Pakistan et l’Ukraine n’est pas immédiatement évidente. Pourtant, elle existe depuis des décennies.

  • Entre 1991 et 2020, l’Ukraine était l’un des principaux fournisseurs d’armes du Pakistan. En août 1996, le Pakistan a signé un contrat de 650 millions de dollars prévoyant la livraison de 320 chars T-80UD. Le T-80 a été conçu par l’ancienne Union soviétique, mais le bureau de conception Morozov, propriété de l’État ukrainien, a développé sa propre version. Selon le Kyiv Post, cet accord aurait permis de sauver de la faillite le fabricant de chars ukrainien Malyshev Factory, qui fait partie de l’agence d’État UkrOboronProm.
  • En 30 ans, des contrats d’armement d’une valeur de 1,6 milliard de dollars ont été conclus entre les deux États, a calculé l’institut suédois SIPRI. L’Ukraine est ainsi devenue l’un des principaux partenaires commerciaux du Pakistan, après la Russie, la Chine, l’Inde et la Thaïlande.
  • Outre les T-80UD, la livraison de quatre avions ravitailleurs Ilyushin Il-78 constitue également un élément important des relations entre les deux pays. Ces appareils ont été achetés en 2008, et livrés en 2012. Lorsque l’un des appareils a dû être mis à niveau en 2020, l’Ukraine a de nouveau été mise à contribution. L’appareil a été réparé à l’usine de Mykolaiv, qui fait également partie d’UkrOboronProm, et a repris son vol vers le Pakistan le 4 février 2022.
  • De nouveau, en 2021, les Pakistanais sont venus frapper à la porte de l’Ukraine. Cette fois, les T-80UD devaient être réparés. Un contrat d’une valeur de 85,6 millions de dollars a été signé. Une fois encore, le contrat a permis de sauver l’usine Malyshev de la ruine.

Et plus récemment : l’année dernière, le Pakistan a apporté sa contribution à la défense de l’Ukraine, de diverses manières.

  • En août, on a appris que les Britanniques avaient mis en place un pont aérien pour emporter des munitions au Pakistan. Un avion de transport C-17 Globemaster faisait des allers-retours presque quotidiens depuis la base aérienne de Nur Khan au Pakistan. Sa destination était soit la base britannique d’Akrotiri, à Chypre, soit l’aéroport international de Cluj Napoca, en Roumanie.
  • A bord se trouvaient des caisses pleines de munitions. En 15 jours, 12 vols ont été effectués. Après le 22 août, les vols se sont arrêtés, et aucune autre communication n’est venue non plus. Avant cela, le Royaume-Uni avait toutefois annoncé qu’il fournirait à l’Ukraine 50 000 obus d’artillerie de l’ère soviétique. Les images prises en Ukraine ont bien montré des obus pakistanais. Le compte Twitter Ukraine Weapons Tracker, entre autres, a partagé ceci.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20