Uber veut développer des voitures volantes ? Pas si vite

Uber, le service alternatif de taxis, a engagé Mark Moore, un ancien ingénieur de la NASA, pour travailler au développement de la technologie des voitures volantes.

En octobre dernier, Uber a dévoilé son programme Elevate, un projet ambitieux qui consisterait à proposer un service urbain de voitures volantes. Cependant, avant que l’entreprise ne parvienne à concrétiser ce projet, elle devra faire face à un certain nombre de défis technologiques et trouver des réponses à des obstacles tels que la sécurité ou encore la congestion, écrit The Time.

Le transport aérien est beaucoup complexe et dangereux que le trafic sur le terrain. En effet, un accident dans les airs représente une menace également pour tous ceux qui se trouvent en-dessous. Mais Uber ne semble pas se soucier de cette question et se centre davantage, pour son programme Uber Elevate, sur problème du contrôle de la circulation aérienne.

Manœuvres

Selon les observateurs, la technologie des voitures volantes est susceptible de causer des problèmes importants. Le plus grand défi est certainement le type de véhicule lui-même. Faire voler de petits avions dans les villes est impensable car il serait impossible d’y développer des pistes d’atterrissage. Par ailleurs, les hélicoptères sont trop chers, trop bruyants et polluants. Par conséquent, selon les experts, il faudrait développer un véhicule volant qui décolle et atterrisse verticalement, un type d’avion au décollage et atterrissage vertical mais dont le mouvement est horizontal.

Dans ce contexte, le recrutement de Mark Moore est un choix judicieux. Ingénieur pendant 30 ans à la NASA, il a beaucoup travaillé à la technologie « Vertical Take-off and Landing aircraft » ou VTOL. Uber et lui envisagent un appareil à propulsion électrique afin que le coût, le bruit et les émissions soient réduits. Moore a également étudié le développement de batteries à haute intensité d’énergie.

Cependant, jusqu’à présent, les tentatives pour mettre en pratique ces idées se sont révélées infructueuses. La combinaison de manœuvres verticales et horizontales est très difficile d’un point de vue technique et peut aboutir à des accidents mortels, font remarquer les observateurs. En conclusion, les plans d’Uber pour le développement d’une telle technologie risquent de se réaliser plus lentement que la société ne le prévoit.