‘La suppression des voitures de société n’apporterait aucun avantage’

« Les recommandations émises par le Conseil européen à la Belgique dans le but de se débarrasser des voitures de société pour des raisons écologiques et de mobilité, sont absolument vaines et témoignent une fois de plus d’une simplification inacceptable de la réalité nationale », a réagi la Febiac, la Fédération de l’automobile et du cycle, suite à la publication du bulletin annuel de recommandations de la Commission européenne à l’égard de la Belgique.

Selon la Febiac, le Conseil européen ne se rend pas compte que les véhicules de société constituent souvent des instruments de travail incontournables pour les entreprises et qu’ils ne composent que 20% du parc automobile. 85% des travailleurs qui sont pour la suppression des voitures de société de leur package salarial continueraient à opter pour la voiture pour leurs trajets domicile-lieu de travail, explique la Febiac.

« Il est dès lors clair que le bénéfice potentiel d’une réduction du nombre de véhicules sur nos routes ne serait pas atteint et ne dépasserait pas les 3% ».

Voitures jeunes et propres

D’un point de vue environnemental, les voitures de société sont les plus jeunes, les plus propres et les plus économes de tout le parc automobile, fait valoir la fédération. Une voiture de nouvelle génération influence moins négativement la qualité de l’air qu’une voiture plus ancienne. Il est donc important de réduire le vieillissement du parc automobile. « Une restriction du nombre de voitures de société – et de leasing – serait en totale contradiction avec cette réalité », conclut la Febiac.