La grande guerre des subventions : « L’Europe aura besoin d’un fonds souverain de 350 milliards d’euros » pour sauver son secteur des véhicules électriques

L’Union européenne a joué la carte de la transition, mais elle se rend compte qu’autour de la table, certains ont pioché une bien meilleure main. Il va falloir surenchérir.

Pourquoi est-ce important ?

L'Union européenne avait pris les devants, avec une législation ultra-stricte pour enclencher la transition massive du secteur automobile des énergies fossiles vers l'électrique. Mais encore faut-il se donner les moyens d'y arriver, et l'UE se retrouve coincée entre le marteau chinois et l'enclume américaine, d'autant plus depuis que la Maison Blanche a ouvert la tirelire à subsides.

Les billets très verts de l'oncle Sam

L'entrée en vigueur du Inflation Reduction Act (IRA) aux États-Unis a rebattu les cartes : avec ses généreux subsides - 369 milliards de dollars - destinés à la transition énergétique, mais réservés à des activités basées sur le sol américain, crée une concurrence considérée comme déloyale, mais aussi un dangereux appel d'air.

  • Les responsables économiques de plusieurs États américains font déjà des pieds et des mains pour
Cet article premium est réservé aux abonnés
Devenez un abonné et obtenez un accès immédiat et illimité à tous les articles. Maintenant à partir de 1,99€/mois.

Oui, je veux avoir accès à tous les articles premium
Peut être annulé à tout moment
Déjà abonné ? Connectez-vous .
Plus d'articles Premium
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20