Streaming musical: Deezer va-t-il révolutionner la rémunération des artistes ?

La plateforme française de streaming Deezer a récemment lancé une campagne médiatique pour promouvoir un nouveau système de rémunération des artistes. Douce utopie ou projet réaliste ?

À l’heure où le géant du streaming musical Spotify refuse d’augmenter la rémunération des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, et estime même les avoir trop payés en 2018, l’outsider français Deezer tente une nouvelle voie en proposant le user centric payment system. Pour rappel, la plateforme suédoise rémunère actuellement les artistes aux alentours de 0,006 dollar par lecture.

Le système de rémunération qui prévaut à l’heure actuelle est basé sur la proportion. Les ayants droit et les créateurs de morceaux sont rémunérés à la hauteur de leur part de marché globale. Si un artiste représente 1% des écoutes totales, il touchera 1% de la somme totale dédiée à la rémunération des artistes.

Avec le nouveau système de Deezer, centré sur l’utilisateur, la donne change car la rémunération est calculée en fonction des artistes que chaque abonné écoute personnellement. Si ce dernier n’écoute que trois artistes différents, la part du montant de son abonnement dédiée aux créateurs de musique sera répartie entre les trois artistes en question.

Anomalies

Selon la plateforme française, qui compte environ 7 millions d’utilisateurs payants, la mise en place du nouveau système possèderait trois avantages principaux.

Il permettrait de corriger les anomalies engendrées par le système actuel. Par exemple, le fait que les 18-25 ans représentent 19% des abonnés Deezer, et pourtant ils génèrent 24% des royalties. Avec comme conséquence que les labels misent de façon disproportionnée sur les artistes qui plaisent à cette tranche d’âge.

Le nouveau système devrait également favoriser la création locale et la diversité des genres musicaux, puisque les abonnés soutiendraient vraiment les artistes qu’ils écoutent, aussi petits soient-ils.

Et enfin, le système devrait aider à combattre la fraude, et notamment le fake stream, ces fausses écoutes générées automatiquement par ordinateurs.

Robin des Bois

Interrogé par le site Korii, le journaliste spécialisé Sophian Fanen défend ce système qui inverse les lois du prorata: ‘Politiquement et moralement, le sujet est très intéressant. Finalement, ce mode de redistribution est calqué sur la figure de Robin des Bois. Il revient à prendre aux riches pour donner aux pauvres’, explique-t-il. ‘Il n’est pas du tout impossible que le système naisse en France assez prochainement (…) Soit parce que les majors finiront par faire une exception pour la France, soit parce que la loi ne leur laissera plus le choix.’

Par contre, Sophian Fanen estime qu’il ne devrait pas voir le jour à l’international à court terme. ‘Peut-être faudrait-il qu’une célébrité telle que Taylor Swift, qui est plutôt engagée sur ce genre de sujets, prenne position pour une redistribution plus équitable afin que les choses avancent ‘, conclut-il.

Plus
Lire plus...
Marchés