Roman Abramovitch a pris la nationalité israélienne

Le milliardaire Roman Abramovitch vient de se voir accorder la nationalité israélienne et serait actuellement en train de déménager en Israël, affirment des médias locaux.

Le Times of Israël rapporte que le milliardaire russe Roman Abramovitch aurait bénéficié des dispositions de la Loi du Retour, qui permet à tout Juif et à sa famille (même si celle-ci est non-juive) d’immigrer en Israël, et de devenir citoyen d’Israël. Le ministère de l’Intérieur israélien a confirmé ces faits. L’oligarque se serait rendu à Tel Aviv avec son jet privé ce lundi. Le Nativ Liaison Bureau, l’organisme israélien en charge des demandes d’immigration émanant de russophones, a indiqué qu’il avait fait cette demande la semaine dernière de l’étranger.

Abramovitch a racheté la propriété de l’actrice israélienne Gal Gadot, selon Ynet. Cette installation fait de lui l’homme le plus riche d’Israël. « En tant que nouveau citoyen, Abramovitch sera exempté d’impôts sur les revenu gagnés à l’étranger pendant 10 ans en Israël, et il n’a pas besoin de déclarer les sources de ces revenus pendant la même période », précise le Times of Israël.

Pas de renouvellement du visa britannique

La semaine dernière, on avait appris que le milliardaire russe, propriétaire du Chelsea Football Club, était confronté pour la première fois en 15 ans à des difficultés pour faire renouveler son visa britannique. Ce renouvellement n’avait pas été officiellement refusé, mais les démarches étaient inhabituellement longues.

Le Financial Times avait spéculé que ces difficultés étaient inhérentes à l’aggravation des tensions entre le Royaume-Uni et la Russie après l’affaire Skripal. Au mois de mars, le ministre de l’intérieur britannique, Ambert de, avait en effet déclaré que la Grande-Bretagne examinerait les visas « Tier un » accordés entre 2008 et 2015 à des hommes d’affaires s’engageant à investir au moins 1 million de livres sterling dans le pays. Parmi eux, on trouverait 700 Russes.

Un rapport accablant contre les oligarques russes

Or, la semaine dernière, un rapport publié par la commission des affaires étrangères du Parlement britannique a dénoncé les oligarques russes vivant au Royaume-Uni, les accusant d’utiliser leurs fonds et leurs actifs pour soutenir « la campagne de Poutine visant à renverser le système international fondé sur des règles ». « L’ampleur des dégâts que cet argent sale peut infliger aux intérêts de la politique étrangère du Royaume-Uni éclipse le bénéfice des transactions russes dans la City. Le Royaume-Uni n’a aucune raison de fermer les yeux pendant que les kleptocrates, ou auteurs de violations des droits de l’homme du président Poutine utilisent l’argent blanchi à Londres pour corrompre nos amis, affaiblir nos alliances et éroder la foi dans nos institutions », pouvait-on y lire.

Celui qui était alors le 13ème homme le plus riche du Royaume-Uni, selon le Sunday Times, avec une fortune estimée à 9,3 milliards de livres (environ 10,6 milliards d’euros), n’avait donc pas pu assister au match de la FA Cup que son équipe a remporté  (1-0) à Wembley contre Manchester United. L’homme a acquis le club en 2003 et jusqu’alors, il avait assisté à presque tous les matches. Certains affirmaient qu’il était retourné en Russie, d’autres, qu’il se trouvait en Suisse.