Révolution égyptienne 2.0 : ‘Un homme peut faire l’amour avec sa femme morte’

L’agence de presse Al-Arabya rapporte que l’Association égyptienne du Conseil National pour les femmes (NCW) a demandé au Parlement à majorité islamiste de ne pas faire passer deux lois controversées. La première vise à légaliser le mariage de jeunes filles à partir de l’âge de 14 ans, et la seconde permettrait à un mari d’avoir des rapports sexuels avec sa femme décédée dans les 6 heures qui suivent le décès.

Le Docteur Mervat Al-Talawi, qui dirige le NCW, a adressé une lettre dans laquelle elle exhorte le parlement à éviter les projets de lois de nature à remettre en cause les droits des femmes à l’éducation et au travail en raison d’interprétations religieuses.

La polémique liée aux relations sexuelles après le décès est apparue lorsqu’un religieux marocain, Zamzami Abdul Bari, a évoqué cette question en mai 2011, affirmant que le mariage restait valide après la mort de l’un des partenaires, et précisant que les femmes aussi pouvaient avoir des relations sexuelles avec leur mari après le décès de celui-ci. Cette idée a ensuite fait son chemin en Egypte.

Le projet de loi est controversé, et un journaliste très éminent, Jaber al-Qarmouty, en a condamné le principe. « C’est très sérieux. Est-ce que l’assemblée qui va préparer la constitution égyptienne va vraiment parler de ces problèmes ?(…) C’est incroyable. C’est une catastrophe d’accorder un tel droit à un mari ! ».

En outre, des membres de la majorité parlementaire islamiste ont été accusés de chercher à reprendre des droits aux femmes. En Egypte, les hommes ont le droit de réclamer le divorce, mais les femmes peuvent aussi demander la fin du mariage s’il ne les rend pas heureuses, ou lorsqu’elles sont battues.

Mais les Islamistes se prononcent pour l’annulation de plusieurs lois qui visent à accorder des droits aux femmes, et notamment de cette possibilité pour les femmes de demander le divorce, au motif que ces lois « visent à détruire les familles », et qu’elles avaient été votées pour faire plaisir à Suzanne Moubarak, l’épouse de l’ancien dictateur Hosni Moubarak.

 

Mise à jour du 07/09/2012Selon le Christian Science Monitoril n’y aurait jamais eu un projet de loi pour autoriser un mari à avoir des rapports sexuels avec sa femme décédée dans les 6 heures qui suivent le décès. Il s’agirait donc d’un canular.

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20