La reprise du marché automobile national montre que l’économie russe regarde désormais ailleurs

Le marché automobile russe a été durement touché par les sanctions occidentales à l’encontre du pays, mais il montre aujourd’hui des signes clairs de reprise. C’est ce que révèle une analyse de l’agence de presse Bloomberg, qui note que le secteur peut donner une idée de la direction que pourrait prendre l’économie russe au cours de la prochaine période.

Pourquoi est-ce important ?

L'invasion de la Russie en Ukraine a également eu de graves répercussions sur sa propre économie, principalement en raison des sanctions occidentales. Aucune industrie ne reflète peut-être plus clairement cet impact que le secteur automobile.

Les ventes de voitures russes ont été pratiquement anéanties par la guerre : Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, la production de voitures en Russie avait chuté de près de 97 %.

  • En effet, de nombreux fabricants étrangers ont décidé de cesser leurs activités en Russie. Les fabricants russes, quant à eux, ont trouvé des stocks de pièces insuffisants pour maintenir ou augmenter leur production.
  • Les ventes de voitures sur le marché russe ont donc connu une baisse de plus de 80 % à la fin du printemps.
  • Mais le secteur a réussi à inverser ce déclin et, depuis ce point le plus bas, les ventes de voitures russes ont presque doublé à nouveau, selon Bloomberg.
  • Ce redressement, bien qu’encore fragile, est dû en partie aux dépenses publiques et aux mesures de relance monétaire, aidées par une forte augmentation des importations de véhicules en provenance de Chine.
  • Olga Belenkaya, économiste chez Finam, note à cet égard que le secteur automobile est apparemment devenu un indicateur avancé de l’économie russe : « Ce secteur a réagi le plus rapidement au changement des conditions économiques. » 

Les marques occidentales ont largement disparu : Le marché automobile russe, qui rivalisait autrefois avec les plus grandes économies européennes en termes de ventes, a également survécu à la récession économique du pays, mais il s’est rétréci et a modifié sa structure.

  • Les sanctions occidentales, qui représentaient environ la moitié du commerce extérieur de la Russie avant le début de la guerre, ont coupé les constructeurs automobiles russes d’un certain nombre de technologies et de chaînes d’approvisionnement clé.
  • Cet isolement a obligé la Russie à réorienter son économie. La fortune du secteur automobile russe montre de quelle manière la Russie s’adapte à la nouvelle réalité.
  • Sur le marché russe de l’automobile, où Toyota était autrefois en concurrence pour la domination avec le fabricant local Avtovaz, l’offre a été fortement réduite.
  • Il y a à peine 14 marques encore en activité en Russie, selon Avtodom, l’association russe des concessionnaires automobiles. Avant le début de la guerre, il y avait 60 fabricants présents sur le territoire. Le marché compte désormais trois marques russes et onze marques chinoises.

Un marché marqué par de nouvelles tendances : Le marché automobile russe actuel présente certaines caractéristiques spécifiques.

  • Les constructeurs chinois représentent actuellement plus de 30 % des ventes de voitures russes.
  • Les marques chinoises ont ainsi triplé leur part par rapport au début de cette année.
  • L’Association russe des consommateurs d’automobiles estime que la part de la Chine pourrait atteindre 40 % l’année prochaine.
  • Si la production nationale stagne, certains disent que les marques chinoises pourraient représenter jusqu’à 70 % des ventes de voitures russes.
  • Des usines automobiles appartenant autrefois à des constructeurs occidentaux se sont reconverties dans la production de marques russes et chinoises.
  • Dans le processus, le groupe russe AvtoVaz, fabricant de la marque Lada, a saisi sa chance d’augmenter sa part de marché.
  • Après la séparation avec son ancien actionnaire majoritaire Renault en mai, Avtovaz a dû, dans un premier temps, produire des voitures dépourvues de dispositifs de sécurité de base – tels que des airbags ou des systèmes de freinage avancés – en raison d’une pénurie de pièces. Cependant, le fabricant a pu depuis trouver d’autres fournisseurs pour ces produits.
  • Les ventes d’Aftovaz en novembre étaient déjà comparables aux niveaux enregistrés avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Le constructeur automobile embauche des travailleurs supplémentaires et espère être en mesure d’augmenter encore la production l’année prochaine.
  • L’étude souligne également l’existence d’un marché gris, qui contribue également à combler les lacunes.
  • « En effet, toute une série de modèles étrangers, d’Audi à Volvo, peuvent être importés et fournis sur une base individuelle », souligne Andrei Olkhovsky, directeur d’Avtodom.
  • Les voitures n’étant généralement pas visées par les sanctions occidentales, Bloomberg indique que la reprise du marché automobile russe a été plus facile à soutenir jusqu’à présent, même si elle a rendu la Russie beaucoup plus dépendante des produits chinois.
  • Pourtant, le retour complet aux niveaux d’avant-guerre pourrait prendre des années. « Il est possible qu’il ne faille pas s’attendre à une reprise avant le milieu de cette décennie », estime Azat Timerkhanov, analyste chez le consultant Avtostat.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20