Quibi: l’app des vidéos courtes pour Smartphones va-t-elle remonter la pente?

Quibi

Quibi, le streamer de vidéos mobiles courtes qui a été lancé en avril, étudierait déjà différentes possibilités pour tenter de ‘sauver les meubles’.

Selon le Wall Street Journal, la société fondée par le magnat hollywoodien Jeffrey Katzenberg a du mal à se faire une place sur le marché concurrentiel des vidéos en ligne. D’après le quotidien, trois scénarios sont envisageables pour Quibi: soit l’entreprise fait un nouveau tour de table (une fusion), soit cette dernière entre en Bourse, soit elle est vendue.

Si la société est introduite en Bourse, cela ne se fera pas de manière traditionnelle. Le but pour la société serait d’être introduite en tant qu’entreprise Spac (entreprise coquille). 

Une entreprise coquille, c’est quoi? C’est une structure cotée en Bourse dans le but de faire une acquisition. Au moment de sa cotation, elle n’est donc qu’une coquille vide. Dans un Spac, les fonds levés sont conservés sous forme de cash en vue de financer ultérieurement l’acquisition en question.

Aucune croissance

Quibi n’a pas connu de succès retentissant. Pendant la première semaine de son lancement, l’application avait attiré 1,7 million d’abonnés, mais depuis, les chiffres sont en baisse. Un mois plus tard, l’application ne comptait déjà plus que 1,3 million d’utilisateurs, alors qu’elle avait été téléchargée 5 millions de fois. Des chiffres bien faibles en comparaison à Disney+, qui comptait 10 millions d’utilisateurs dès son premier jour et qui en revendique 60 millions aujourd’hui.

Depuis lors, Quibi n’a plus publié de chiffres, mais il est clair que les choses ne vont pas bien pour l’entreprise. Pourtant, l’app était prometteuse. De grands studios comme Walt Disney, 21st Century Fox et Sony Pictures avaient accepté de rejoindre l’application. Meg Whitman, PDG de Hewlett-Packard et précédemment du site d’enchères eBay, avait été engagée comme PDG. Quibi avait aussi levé 1,4 milliard d’euros avant son lancement.

La crise sanitaire

L’application justifie ces mauvais résultats par la crise, ce qui semble difficile à croire quand on voit le succès que les plate-formes de streaming ont connu. Netflix et Disney + ont d’ailleurs vu leurs chiffres grimper.

Quibi n’a pas  souhaité faire de commentaires aux journalistes du Wall Street Journal. La société a toutefois déclaré qu’elle continuait à ‘chercher des moyens de construire son entreprise en offrant la meilleure expérience possible aux clients, les meilleurs bénéfices possibles aux actionnaires et les meilleures opportunités aux employés’.