Qu’est ce qui est pire? Perdre son emploi, ou avoir peur de le perdre?

Dans une étude, des chercheurs ont utilisé des données fournies par le Socio Economic Panel Study (SOEP) d’Allemagne, une enquête générale des ménages couvrant un vaste spectre de domaines économiques, sociologiques, et psychologiques.

« Ce document analyse l’impact des perceptions de la précarité de l’emploi sur le bien-être individuel. Par contraste avec des études précédentes, nous avons explicitement pris en compte à la fois la  probabilité de perte d’emploi et les coûts potentiels de perte d’emploi, et démontré que la plupart des contributions dans ce domaine souffrent d’un biais de simultanéité. Lorsque l’on prend en compte cette simultanéité, nous trouvons que l’effet réel de l’insécurité professionnelle perçue sans biais était deux fois plus fort que les estimations spontanées ». La notion de la possibilité qu’ils puissent perdre leur emploi inquiète deux fois plus fortement les gens que les conséquences financières qu’ils en anticipent.

« De ce fait, la perception de la précarité de l’emploi est l’un des facteurs les plus importants du bien-être des salariés et peut être même plus dommageable que la perte réelle d’emploi, et le chômage qui lui est associé. », concluent les chercheurs.

Source: « Perceived Job Insecurity and Well-Being Revisited: Towards Conceptual Clarity » from German Socio-Economic Panel Study (SOEP), Berlin, March 2010