Pourquoi les femmes préfèrent la compagnie des hommes gays à celle des hommes hétérosexuels

« Plus un homme est macho, et plus il est ennuyeux. C’est pour cela que les femmes en général préfèrent la compagnie des hommes gays. Quand les hommes machos parlent de leur travail, il faut que ce soit important. Ils veulent qu’on le sache. Ou alors, ils ne parlent pas du tout. Il y a deux types d’hommes : le pompeux et le somnolent. Les hommes hétérosexuels avec un penchant macho sont les opposés des femmes qui sont heureuses de révéler les mauvais côtés de leur vie ou de leur travail, les insatisfactions, les insécurités. Vous vous liez avec les gens quand ils révèlent leurs vulnérabilités. Le doute de soi est intéressant », affirme Jess Spilane, une enseignante de Plymouth âgée de 44 ans.

Comment expliquer cette analyse? Pour le professeur de psychopathologie du développement de l’Université de Cambridge Simon Baron-Cohen, cela a à voir avec la différence entre les cerveaux masculins et féminins. Ce dernier est principalement conçu pour éprouver de l’empathie, alors que le cerveau de l’homme est conçu pour comprendre et bâtir des systèmes. Bien entendu, tous les hommes n’ont pas forcément un cerveau très masculin, et certaines femmes répondent moins à l’empathie que les autres. Mais les femmes sont en général plus douées pour la conversation. Elles sont plus sensibles aux expressions faciales, et elles savent mieux décoder la communication non verbale, comme les variations du ton de la voix ou de l’expression du visage.

La capacité à se concentrer, le dévouement et la confiance en soi aident les hommes à grimper les échelons hiérarchiques au travail, et leur permettent d’être ceux à qui on donne la parole dans des contextes dans lesquels la conversation est orientée vers un objectif, comme les réunions, la politique, ou les séminaires, par exemple. Mais ces qualités deviennent des faiblesses hors du travail. Ils donnent l’impression d’avoir une vision étriquée, et semblent centrés sur eux-mêmes.

Les femmes ont la réputation d’être bavardes, et on dit même parfois que les hommes prononcent 2.000 mots par jour, alors que les femmes en disent 7.000. Personne n’a fait de recherche sur ce sujet, mais on s’est beaucoup penché sur les thèmes des conversations des deux sexes. « Pour les hommes, la conversation est le moyen de négocier son statut dans le groupe et d’empêcher les gens de les exclure. Ils utilisent la conversation pour préserver leur indépendance. Les femmes, d’un autre côté, utilisent la conversation pour négocier la proximité et l’intimité, écrit Deborah Tannen, professeur de linguistique à l’université de Georgetown, à Washington DC.

Louann Brizendine, une neuropsychiatre américaine, va encore plus loin : « Etablir un lien en parlant active les centres du plaisir dans le cerveau des filles. Nous ne parlons pas d’un petit plaisir. C’est colossal. C’est une énorme charge de dopamine et d’ocytocine, la plus grosse récompense neurologique que vous puissiez obtenir en dehors d’un orgasme ». 

Plus
Lire plus...
Marchés