Pourquoi les femmes parlent-elles (beaucoup) plus que les hommes?

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Les hommes se plaignent souvent que les femmes sont très bavardes. Les chercheurs avaient justifié cette impression en chiffrant la supériorité féminine en la matière : le beau sexe débiterait près de 3 fois plus de mots que le sexe fort au quotidien, soit 20.000 mots par jour, contre 7.000 pour les messieurs. En outre, les femmes parlent plus rapidement que les hommes, et elles consacrent plus d’énergie cérébrale à la parole que les hommes.

Mais jusqu’à présent, les scientifiques n’avaient pas réussi à percer le mystère de ce talent. C’est maintenant chose faite, rapporte le site Science World Report. De nouvelles recherches menées par une équipe de chercheurs de l’Ecole de Médecine de l’Université du Maryland ont en effet montré que c’était une protéine qui était à l’origine de cette différence.

En 2001, les chercheurs avaient déjà mis en évidence le rôle de la protéine FOXP2 dans la parole. L’équipe de Michael Bowers et Margaret McCarthy a voulu tester les effets de cette protéine. Constatant que les jeunes rats émettaient des ultra-sons lorsqu’ils étaient séparés de leur mère, les scientifiques ont isolé des jeunes en fonction de leur sexe. Ils ont trouvé que les rats mâles, qui criaient deux fois plus que les femelles, avaient aussi une quantité deux fois plus grande de cette protéine dans les parties du cerveau impliquées dans la vocalisation.

Les chercheurs ont ensuite appliqué leurs découvertes sur les humains. Ils étudié les cerveaux d’enfants âgés de 4 à 5 ans qui étaient décédés dans des accidents intervenus dans les dernières 24 heures. Ils ont analysé les quantités de la protéine FOXP2 qui y étaient présentes, et ils ont conclu que les petites filles en avaient 30% de plus.

La recherche montre que cette protéine FOXP2 est cruciale pour la communication des mammifères. Grâce à ces travaux, les chercheurs peuvent entreprendre de retracer les origines évolutionnaires de la parole.