Pourquoi la musique améliore notre rendement sportif

[PICTURE|sitecpic|lowres]

La musique est capable de réduire la sensation d’effort lors de séances de sport ainsi que de motiver la personne, écrit le Wall Street Journal qui cite plusieurs études.

Selon Costas Karageorghis, sous-directeur de l’Ecole du Sport et de l’Education de l’Université de Londres, la mélodie adéquate pour faire du sport est celle qui possède entre 125 et 140 BPM (battement par minute). En effet, ce tempo permet aux personnes de ne pas devoir faire d’efforts pour ajuster leurs mouvements sur celui-ci. D’autres études ont démontré que lorsque les athlètes synchronisent leurs mouvements en fonction d’un rythme musical, leurs corps est capable de supporter un effort plus important. « La musique peut calmer l’excitation émotionnelle et psychologique de la même manière qu’un sédatif pharmacologique », explique Karageorghis qui a travaillé en tant que consultant psychologique pour de nombreux athlètes olympiques. « La musique peut en outre stimuler les personnes avant l’effort », ajoute-t-il. Trouver le rythme adéquat n’est pas compliqué car beaucoup de genres musicaux actuels possèdent un rythme oscillant entre 125 et 140 BPM, explique Karageorghis.

Une étude publiée l’année dernière dans la revue américaine Journal of Sports Medicine and Psysical Fitness a montré que les cyclistes qui synchronisent leurs mouvements en fonction de la musique réduisaient leur absorption d’oxygène jusqu’à 7%. Une autre expérience a montré que trotter sur un tapis roulant tout en écoutant de la musique améliorait la résistance. Selon les experts, les bénéfices de la musique durant la performance sportive sont liés à des facteurs psychologiques. « Quand les personnes courent avec de la musique, la perception du taux d’effort est moindre que s’ils n’en écoutaient pas », affirme Gershon Tenenbaum, directeur du département des Sports et de la Psychologie de l’exercice de l’Université de l’Etat de Floride. Ces avantages s’annulent une fois que le niveau d’exercices est augmenté, indique-t-il.

Selon David-Lee Priest, chercheur de l’Université d’East Anglia au Royaume-Uni, la musique permet de dévier l’attention au moyen d’un mécanisme neurologique. Les effets négatifs de l’exercice tels que la difficulté de respiration, la sueur ou encore la tension des muscles sont transmis au cerveau en utilisant le système nerveux afférent ou sensoriel. « Ecouter la musique permet d’interférer la transmission de ces sensations » ; signale le chercheur. « Avant que la personne ne ressente la fatigue, la musique permettra de bloquer les sensations d’effort, ce qui la sensation d’épuisement n’est pas totale ».

Priest explique également que la musique peut agir comme un stimulant qui augmentera légèrement notre rythme cardiaque et notre pression sanguine. Dans une étude récente, Karageorghis et ses collègues ont testé les effets de la musique sur les nageurs. Durant trois semaines les athlètes ont été familiarisés à la nage avec des écouteurs. Les chercheurs ont réalisé trois types d’expériences avec un groupe de 26 nageurs durant une épreuve de 200 mètres nage libre. Un groupe de nageurs a écouté de la musique motivante, un autre de la musique neutre et un dernier groupe a nagé sans musique. Les deux premiers groupes ayant écouté ont amélioré leurs temps de trois secondes par rapport au groupe sans musique. Il s’agit d’une amélioration de 2% qui est suffisante pour marquer la différence en natation de compétition, estime le chercheur. Enfin, les nageurs ont également expérimenté une augmentation de 10% de leur motivation par rapport à ceux qui n’avaient pas écouté de musique.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20