Pourquoi Elon Musk comparait devant la justice californienne

ISOPIX

L’histoire date d’il y a un an. Le milliardaire s’en était pris à l’un des sauveteurs des enfants dans une grotte thaïlandaise à coup de tweets.

Le fondateur de Tesla, Elon Musk, a comparu en Californie pour répondre à un procès intenté par un plongeur spéléo britannique qu’il avait appelé ‘pedo guy’ sur Twitter. Il est accusé de diffamation.

Le plongeur s’appelle Vernon Unsworth. Il avait aidé à sauver 12 garçons piégés dans une grotte thaïlandaise l’année dernière. Il s’était attiré les foudres du fondateur de Tesla. Ce dernier avait proposé d’envoyer ses mini sous-marins en Thaïlande pour sortir les enfants. M. Unsworth avait dénoncé un coup de com’ et avait conseillé à Elon Musk de ‘se les mettre là où ça fait mal’. M. Musk avait alors répondu, tout aussi élégamment, en qualifiant son interlocuteur de ‘pedo guy’.

Pas au sens littéral

Pour sa défense, le milliardaire américain affirme qu’il ne fallait pas prendre sa déclaration au premier degré. Il a expliqué avoir répondu à une insulte par une autre insulte, et a avoué ne pas savoir, à l’époque, que le plongeur était impliqué dans le sauvetage. ‘Je pensais qu’il s’agissait d’un quelconque type flippant’ (‘random creepy guy’) a-t-il déclaré devant la cour californienne.

Sans ‘malice’

Dans un dossier déposé dans le cadre d’une demande de rejet de l’affaire, M. Musk avait suggéré qu’en Afrique du Sud, où il a grandi, le terme ‘pédophile’ est une insulte courante qui signifie ‘vieux fou’ et qui n’accuse personne de pédophilie. L’équipe juridique de M. Unsworth dit que c’est toutefois ‘offensant pour la vérité’.

Le juge a rejeté la demande de la défense de définir M. Unsworth comme une ‘personnalité publique’ – ce qui signifie que les avocats de M. Unsworth n’ont pas à prouver que M. Musk a agi avec ‘malice réelle’, rendant ainsi la tâche plus facile pour les avocats du plongeur.