Pour la première fois depuis le début de la pandémie, une grande économie d’Asie relève ses taux d’intérêt

La banque centrale sud-coréenne a annoncé jeudi une hausse de ses taux d’intérêt, devenant l’une des premières grandes puissances économiques mondiales à augmenter les coûts d’emprunt depuis le début de la pandémie de coronavirus.

La Banque de Corée (BoK) a relevé son principal taux de 25 points de base pour le porter à 0,75% à l’issue d’une réunion de politique générale, alors que le pays tente de freiner l’endettement croissant des ménages et un marché immobilier qui s’emballe.

Quelques pays ont commencé à relever leurs taux d’intérêt, notamment le Brésil, la Russie, le Chili et le Mexique, et les investisseurs et investisseuses du monde entier surveillent de près le moment où la Réserve fédérale américaine commencera à réduire ses programmes de relance. Douzième économie de la planète, la Corée du Sud avait maintenu son taux à 0,5% depuis mai 2020, son plus bas historique.

Il s’agit de la première hausse de taux depuis novembre 2018 et elle intervient alors que les autorités financières sont aux prises avec l’endettement croissant des ménages et un marché immobilier en surchauffe ce qui, selon les analystes, pourrait menacer la stabilité économique du pays.

L’endettement des ménages sud-coréens a augmenté de 41.200 milliards de wons (30 milliards d’euros) entre avril et juin pour atteindre le chiffre record de 1.806.000 milliards de wons (1.318 milliards d’euros), soit près de l’équivalent du PIB du pays.

« Les prêts bancaires aux ménages ont continué d’augmenter rapidement tout comme le coût des logements à travers tout le pays », a déclaré la BoK dans un communiqué.

Le pays a poursuivi une « reprise saine », a-t-elle ajouté, affirmant que « les exportations ont conservé leur dynamisme et que les investissements sont restés importants ».

La banque centrale a maintenu ses perspectives de croissance à 4% pour cette année, mais a relevé ses prévisions d’inflation de 1,8% à 2,1%, laissant présager un possible durcissement de sa politique.

La hausse des taux intervient alors que la Corée du Sud connaît le nombre de contaminations le plus élevé depuis le début de la pandémie, bien que faible par rapport au reste du monde, soit environ 1.000 à 2.000 par jour.

Le pays a longtemps été loué comme étant un modèle de lutte contre la pandémie, la population respectant les mesures de distanciation sociale mais la campagne de vaccination a tardé à se déployer en raison de pénuries d’approvisionnement.

Plus
Lire plus...
Marchés