Pour guérir Facebook des contenus haineux, il faudrait retourner à un affichage chronologique selon Frances Haugen

La lanceuse d’alerte qui a révélé que Facebook et Instagram étaient configurés pour favoriser les contenus toxiques ou haineux avance une solution. Les réseaux sociaux ont besoin d’un changement total d’algorithme. Et tant pis pour la rentabilité.

Frances Haugen n’était pas une personne connue la semaine dernière, mais la voici maintenant à révéler, devant le Sénat américain, toutes les bassesses auxquelles se livre quotidiennement Facebook pour maximiser ses profits au plus grand mépris de ses utilisateurs. Et si ce n’était pas assez pour en faire une véritable héroïne populaire, voilà que l’ingénieure, qui a travaillé au sein de l’entreprise de 2019 à 2021 et qui en a démasqué les aspects les plus sombres, propose un plan pour faire repartir le réseau social sur une base plus saine.

La chronologie plutôt que le buzz

Le modèle actuel de hiérarchisation des news utilisé sur Facebook et Instagram se base entièrement sur les interactions : plus les gens interagissent avec une publication, plus celle-ci sera proposée à des utilisateurs, même si elle date déjà d’un certain temps. Un système qui favorise en fait les contenus haineux, complotistes, ou les fake news, et l’entreprise tentaculaire de Mark Zuckerberg en avait parfaitement conscience, malgré les conséquences, souligne Mme Haugen: « Cela expose les adolescents à davantage de contenus encourageant l’anorexie, cela déchire les familles et, dans des pays comme l’Éthiopie, cela alimente littéralement la violence ethnique. »

Pour elle, la seule façon d’exorciser Facebook et Instagram de leurs démons revient à changer complètement de paradigme, et de revenir à un autre modèle de hiérarchisation de l’info. Elle défend le passage à un flux de contenu chronologique. Ainsi, les posts attirant le plus l’attention ne seront pas maintenus artificiellement à la surface. Facebook pourrait rétorquer que cela offrirait plus de visibilité aux spams que dans le système actuel, mais Frances Haugen y voit là un petit mal pour un grand bien: « Je suis une fervente partisane du classement chronologique, ou du classement par ordre chronologique avec un peu de rétrogradation par spam, car je pense que nous ne voulons pas que des ordinateurs décident de ce sur quoi nous nous concentrons. »

Tant pis pour le fric

Ce changement de paradigme entrainerait bien sûr la fin du modèle économique actuel de Facebook, basé sur des contenus viraux sur lesquels les gens restent longtemps et avec lesquels ils interagissent beaucoup. Mais c’est justement la course au profit qui a incité Facebook à favoriser les contenus les plus toxiques et les plus addictifs pour ses utilisateurs. Comme l’industrie du tabac, pour reprendre une analogie qui fut elle aussi virale.

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20