Peut-on comparer la blockchain à Internet?

Sur certains aspects, la blockchain peut être comparable à Internet mais sur d’autres aspects, cette technologie diffère radicalement. Voici pourquoi.

La chaîne de blocs est souvent présentée comme la technologie qui va entraîner une révolution semblable à celle qu’a entraînée Internet en 1994. Certains analystes pensent que la blockchain pourraient signer l’avènement du Web 3.0, un nouvel internet avec des usages sensiblement différents d’aujourd’hui. Pourtant, si Internet et la chaîne de bloc sont les deux des réseaux sur lesquels s’échangent des informations, une grosse différence structurelle les distingue. 

Décentralisation

Le réseau Internet classique est centralisé. Cela signifie que tout est contrôlé et géré de manière centralisée: si un problème survient au niveau du serveur central, cela peut perturber l’ensemble du système. À l’inverse, avec la technologie de la blockchain, tout le système est décentralisé et repose sur l’ensemble des noeuds qui la compose. Avec la chaîne de blocs, le risque de perdre des informations est donc quasi nul.

La blockchain ressemble, de façon schématisée, à un document partagé sur Google Drive: tous les utilisateurs peuvent y accéder et ajouter des informations mais ils ne peuvent pas effacer ou modifier ce qui a été ajouté avant eux. Internet serait comme un mail: l’information est cadenassée et envoyée sur les boîtes de réception de chaque individu.

Un réseau centré sur l’utilisateur

Sur l’Internet actuel, l’utilisateur possède une multiplicité de comptes liés chacun à une plateforme du web. Facebook, Reddit, Twitter, Gmail, PayPal, Uber, Deliveroo, Blablacar, Yelp, Coinbase, Zalando, eBay, Netflix… pour chacun de sites, un mot de passe et un identifiant sont nécessaires. Il peut être pénible quelque fois de tenir à jour toutes ces identités.

Le fonctionnement de la chaîne de blocs permet de ne plus dépendre à chaque fois de tous ces comptes. Cette technologie pourrait créer un système où tout est centré sur l’utilisateur. Grâce aux contrats intelligents et aux processus cryptées, il ne sera plus nécessaire d’avoir recours à une tierce « identité » pour surveiller les opérations. Les « propriétaires d’identité » auront plus de contrôle sur leurs informations les plus personnelles et les entreprises ne devront plus s’occuper de les gérer.

Pro-privacité et anti-monopole

L’Internet d’aujourd’hui est largement dominé par de grands groupes économiques: Facebook, Google, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI)… La blockchain pourrait supprimer tous ces intermédiaires. Des chaînes de blocs comme Ethereum travaillent avec des plateformes inviolables sur lesquels les données sont entièrement cryptées.

Sur ces plateformes, Alphabet, Amazon ou Apple n’auront plus le contrôle des données de leurs utilisateurs. Aucun gouvernement ou entité n’aura la capacité de tuer des sites et des services; et aucun individu ne pourra contrôler l’identité des autres. La blockchain est un rempart pour la neutralité du net.

Interface identique

En pratique, un Internet basé sur la blockchain ressemblerait au web actuel, avec des navigateurs qui leur serviront de points d’accès vers le reste du web. Sur ce réseau, ils pourront se connecter à d’autres applications et services, comme le commerce en ligne, l’échange d’informations ou les interactions sociales. 

Mais à l’arrière plan, le cadre qui relie les utilisateurs aux services numériques sera nettement différent. Les transactions seront signées et vérifiées manuellement, pour empêcher les plateformes de siphonner des informations personnelles sans raison valable.

© MaidSafe

Technologie lourde

La blockchain ne pourra jamais remplacer le web car ce sont deux choses différentes. Une partie du web du futur va sans doute s’appuyer sur la chaîne de blocs mais sans doute pas pour tous les usages. L’architecture d’un Web 3.0 sera soutenue par une intelligence connective basée sur la chaîne de blocs.

Un web plus léger subsistera car la blockchain est encore trop lente, trop énergivore et trop chère. La technique va sans doute évoluer vers quelque chose de plus performant, plus rapide et moins polluant mais cela nécessitera de modifier certains éléments du processus.

Mais le plus important à retenir est que la blockchain ne fonctionnera pas seule, elle fonctionnera avec Internet. C’est la raison pour laquelle certains pensent que la blockchain est au final une improvisation d’internet.