Netanyahu, donné gagnant à la sortie des urnes, se félicite d’une ‘grande victoire pour Israël’

Benyamin Netanyahu est annoncé comme le grand gagnant des dernières élections en Israël selon les premiers sondages à la sortie des urnes. (Isopix)

Selon les premiers résultats des élections en Israël, Benyamin Netanyahu devance son opposant Benny Gantz. Mais sa courte avance ne lui permettra peut-être pas d’avoir la majorité au parlement.

Hier, les Israéliens se sont rendus aux urnes pour la troisième fois en moins de 12 mois. Les principaux dirigeants de partis n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur un gouvernement. De nouvelles élections ont donc été organisées. Et selon les premiers résultats, aucune coalition actuelle n’a la majorité.

Pour l’instant, seul un quart des votes ont été dépouillés. Mais c’est l’ancien Premier ministre, Benyamin Netanyahu, et son parti Likoud qui en sortent gagnants avec 28,73 % des voix. Juste derrière, son principal opposant, Benny Gantz, leader du parti Blue and White, obtient 23,26 % des votes.

Si les premiers résultats s’avèrent exactes, Likoud et ses alliées de droite n’auront que 59 ou 60 sièges au Parlement. Un peu trop court pour obtenir une majorité. Mais le reste du dépouillement peut encore amener des surprises. Les résultats officiels seront connus dans la journée.

Benyamin Netanyahu, à la tête d’Israël depuis 2009

‘C’est une victoire… contre toute attente’ a déclaré Netanyahu devant ses partisans à Tel Aviv. Ses opposants espéraient la fin de l’ère Netanyahu. Lors des dernières élections, en septembre 2019, c’était même Benny Gantz qui était ressorti gagnant avec un siège de plus que le parti Likoud. Il n’a cependant pas su trouver de majorité et des élections ont été reprogrammées en décembre dernier.

Si Netanyahu redevient Premier ministre, le conflit entre Israël et la Palestine ne sera pas réglé de sitôt. Le leader de Likoud a déclaré qu’il annexerait les colonies israéliennes en Palestine et la vallée du Jourdain en Cisjordanie, s’il gagnait un 5e mandat. Cette vision expansionniste a été renforcée par les déclarations de soutien à Israël du président américain Donald Trump. Pourtant, ces colonies sont considérées comme illégales par le droit international. Et le plan de paix de Trump a été totalement rejeté par les Palestiniens. On est loin de la paix voulue par l’accord d’Oslo en 1993.

Dans le même temps, Netanyahu fait face à des accusations de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans trois affaires distinctes. Il passera devant le tribunal le 17 mars prochain. ‘Bibi’, surnom donné par ses partisans, se dit innocent. Même s’il est jugé coupable, il pourra rester Premier ministre, tant que toutes les procédures d’appel ne seront pas épuisées. Mais cela a un impact direct sur la formation d’un gouvernement, car certains partis ne veulent pas faire de coalition avec lui à cause de ce procès.

Lire aussi: