Mis sous pression par les autorités locales, Google Russie dépose le bilan après la saisie d’un compte bancaire

La branche russe de Google envisage de déposer son bilan après que les autorités ont saisi le compte bancaire de la société. Il lui est donc impossible de payer le personnel et les fournisseurs. Les services gratuits, tels que le moteur de recherche et YouTube, continueront de fonctionner en Russie.

Alphabet, la société mère de Google, est sous pression en Russie depuis des mois. Le Roskomnadzor russe – chargé de surveiller les médias dans le pays – a intenté deux procès à Google pour ne pas avoir retiré les informations interdites de sa plateforme YouTube. Selon l’organisme de surveillance des médias, la plateforme vidéo est devenue une plateforme importante dans la « guerre de l’information » contre la Russie. Le service serait également coupable de promouvoir « ouvertement » la désinformation.

« La saisie du compte bancaire de Google Russie par les autorités russes a rendu intenable le fonctionnement de notre bureau en Russie, notamment l’embauche et le paiement des employés, le paiement des fournisseurs et le respect de nos obligations financières », a déclaré un porte-parole de Google.

Le gouvernement russe n’a pas encore donné la raison pour laquelle il a saisi le compte bancaire. Dans un communiqué publié mardi, elle a déclaré qu’elle n’avait pas l’intention de bloquer YouTube et Google, malgré des menaces et des amendes répétées. Les services gratuits tels que Gmail, Maps, Android et le Play Store resteront disponibles pour les utilisateurs russes pour le moment.

Alphabet risque également une amende pouvant aller jusqu’à 20 % du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise en Russie. En 2021, le chiffre d’affaires de Google Russie s’est élevé à 134,4 milliards de roubles, selon une enquête de CNBC.

La réponse russe à YouTube

En réponse au YouTube américain, la Russie dispose depuis 2008 de son propre service vidéo similaire. La semaine dernière, lors de l’importante fête nationale russe, le « Jour de la Victoire », le service a été interrompu en raison d’une cyberattaque. En conséquence, le défilé militaire et le discours de Vladimir Poutine n’ont pas pu être vus sur la plateforme.

« Quelqu’un voulait vraiment empêcher RuTube de montrer la parade militaire en cours », a déclaré le service vidéo dans un message sur Telegram.

Dans un autre incident, la semaine dernière, plusieurs chaînes russes ont également été piratées pour montrer aux téléspectateurs des messages sur les événements en Ukraine. On pouvait lire des textes tels que « Vous avez le sang de milliers d’Ukrainiens et des centaines d’enfants morts sur vos mains ».

Les médias occidentaux sous pression

La Russie a sérieusement restreint l’accès aux plateformes de Twitter et de Meta depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février. YouTube est également soumis à une pression considérable, car la plateforme a bloqué les médias d’État financés par la Russie.

En outre, l’organisme russe de surveillance des médias accuse le service vidéo de diffuser des menaces contre les citoyens russes. Selon Roskomnadzor, les publicités diffusées sur la chaîne appellent au sabotage des systèmes de communication des réseaux ferroviaires russes et biélorusses. « Les actions de YouTube sont de nature terroriste et menacent la vie et la santé des citoyens russes », a-t-il déclaré.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20