Volontaire ou obligatoire ? Les militants du PTB versent 5 % de leur salaire dans les caisses du parti

Le Parti du travail (PTB) compte davantage sur les fonds privés que publics que pour se financer, et il a trouvé une solution : demander à chacun de ses militants, comme à ses élus de verser son écot. Mais selon certains anciens adhérents déçus, ce versement pourrait être non seulement volontaire, mais obligatoire.

Au PTB, le communisme s’applique dès le versement du salaire. Ainsi, chaque élu ou cadre du parti perçoit une somme qui va de 1.500 à 1.700 euros net par mois », estime Raoul Hedebouw, député à la Chambre et porte-parole du parti. Le reste, ces élus PTB le versent au parti « jetons de présence des conseillers communaux compris », précise-t-il au Soir.

Donner l’exemple

Il s’agit à n’en pas douter d’un geste fort. Nécessaire « quand on se veut un parti de gauche radicale ». Pour rappel, le PTB compte pour l’heure deux députés fédéraux, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees, six députés régionaux et une cinquantaine de cadres.Le PTB, en tant que jeune parti, ne perçoit pas les mêmes subsides que les autres. En 2016, le financement public du PTB s’élevait à 24% du budget total. Raoul Hedebouw et ses confrères ont dû trouver une solution. Partager les salaires des cadres, mais surtout, demander un don aux militants. 

Si vous voulez devenir un militant PTB, un vrai, il faut casquer. En partageant une partie de son salaire selon une fiche d’engagement confidentielle. Voici ce qu’on peut y lire: « L’engagement militant va plus loin que l’affiliation. Vous êtes prêt à suivre un programme de formation. Vous participez aux réunions de votre groupe. Vous prenez en charge une tâche convenue. Vous appliquez les statuts et les documents de congrès, vous les défendez de votre mieux. »

Des « vrais » militants

C’est qu’ils pourraient presque se croire aux manettes du pouvoir. On ne parle pas ici des adhérents à la cause qui paye une cotisation de 5 euros. Non, il s’agit ici de 300 à 40 personnes qui peuvent, après être passées à la caisse, être qualifiées de « vrais » militants. Un passage force qui ne plaît pas à tout le monde au sein du PTB.

Le PTB compte 10.000 adhérents en tout. Chacun doit payer une cotisation de 5 euros par mois à laquelle il faut ajouter 20 euros par an pour devenir « membre consultatif ». Ce ne sont pas eux qui sont concernés. Il s’agit en fait de 300 à 400 personnes qui elles peuvent être qualifiées de « vrais » militants. C’est à elles que l’on demande de sacrifier une partie de leur salaire. Le souci ici, c’est que selon certains anciens membres, ce serait obligatoire. Ce que conteste Raoul Hedebouw.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20