Merci François! Un plombier francophone peut gagner 15.000 euros mensuels à Londres

[PICTURE|sitecpic|lowres]

« Cherchons 4 plombiers parlant français. Si vous êtes un plombier pleinement qualifié, ayant effectué son apprentissage et ayant les diplômes correspondants, 5 années d’expérience dans ce domaine, de la motivation et d’excellentes compétences en service client, vous êtes invité à rejoindre notre équipe », peut-on lire sur la section « recrutement » du site internet de la société de plomberie londonienne Pimlico Plumbers.

Selon le Daily Telegraph, il y désormais tant d’exilés fiscaux français qui se sont installés dans les banlieues londoniennes cossues de South Kensington, Chelsea et Mayfair, que les sociétés de plomberie peinent à trouver des plombiers qui parlent le français pour les servir. C’est le cas de Pimlico Plumbers, une entreprise qui emploie environ 200 plombiers dans le centre de Londres, dont le fondateur, Charlie Mullins, explique que ses employés rencontrent des difficultés à communiquer avec les  clients français de plus en plus nombreux.

Il affirme que depuis que le gouvernement français a annoncé la création d’une nouvelle taxe de 75% sur les salaires annuels supérieurs à un million d’euros l’année dernière, la demande pour les plombiers francophones a presque doublé. Le mois dernier, le Conseil constitutionnel a validé cette taxe, qui s’appliquera désormais sur les entreprises ayant versé de tels salaires, et Mullins envisage de recruter davantage de plombiers francophones s’il constate que la demande continue d’augmenter. « Plus l’économie française empire, et mieux notre entreprise se porte », dit-il.

Pour les candidats, les conditions d’embauche semblent intéressantes, avec des salaires annuels qui peuvent même atteindre 150.000 livres sterling (environ 180.000 euros).

Selon le consulat français de Londres, 300.000 à 400.000 Français vivraient dans la capitale britannique. Dans un article de mai 2012, la BBC avait affirmé que Londres était la 6ème ville française, parce qu’on y dénombrait plus de Français que dans les villes de Bordeaux, Nantes et Strasbourg.