Macron torpillé par un ancien chef de l’OTAN pour son manque de fermeté à l’égard de Poutine: « Il a affaibli la cohésion internationale »

Dans une interview livrée au Point, l’ancien secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen n’y est pas allé de main morte avec Emmanuel Macron. Selon lui, sa souplesse vis-à-vis de Vladimir Poutine ont « nui à l’Ukraine ».

Tout le monde a encore en tête les images de la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine – et de la longue table les opposant – du 7 février dernier. Durant les semaines qui ont précédé le début de la guerre en Ukraine, le président français a toujours tenu à laisser le dialogue ouvert avec son homologue russe. Mais cela n’a pas empêché Poutine de lancer une tentative d’invasion le 24 février. Ni Macron de faire preuve de beaucoup de fermeté par la suite.

« Pas un succès »

Interrogé par Le Point, Anders Fogh Rasmussen estime que Macron a totalement failli à sa mission. Y compris durant les semaines et mois qui ont suivi le début de la guerre.

 « Je peux dire franchement que ce n’était pas un succès. Macron nous a étonnés dès le début de la crise par une déclaration pour le moins singulière et critique selon laquelle il ne fallait pas humilier Poutine et lui offrir une rampe de sortie », a rappelé l’ancien secrétaire général de l’OTAN.

Une référence aux propos tenus par Macron début juin. « Il ne faut pas humilier la Russie pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques. Je suis convaincu que c’est le rôle de la France d’être une puissance médiatrice », avait-il déclaré.

Déjà à l’époque, certains avaient trouvé son intervention déplacée. « Les appels à éviter d’humilier la Russie ne peuvent qu’humilier la France. Nous ferions mieux de nous concentrer sur la façon de remettre la Russie à sa place. Cela apportera la paix et sauvera des vies », avait réagi le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

« Le président français cherche encore des voies pour épargner une humiliation au criminel de guerre Poutine. Que dirait-il à cette fillette en Ukraine ? », s’était aussi interrogé le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement estonien, Marko Mihkelson, affichant sur Facebook une photo d’une enfant amputée d’une jambe sur son lit d’hôpital. « Poutine ne négociera que quand son armée ne pourra plus avancer, humilié ou pas. Macron devrait se concentrer là-dessus », avait quant à lui commenté l’ex-ambassadeur de Barack Obama en Russie, Michael McFaul.

« Macron a nui à l’Ukraine et l’a affaiblie »

Pour Rasmussen, les propos de Macron ont été « désastreux et profondément nocifs ». « Ce n’était pas à nous de trouver une issue au chef du Kremlin. Il n’y a qu’une seule voie : les Russes en dehors de l’Ukraine », a-t-il déclaré.

« Emmanuel Macron a nui à l’Ukraine et l’a affaiblie », a renchéri celui qui a également été le Premier ministre du Danemark durant près de huit ans.

Le président français semble avoir changé de ton récemment. Dans un discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations, il a notamment tenté de mobiliser les pays qui étaient jusqu’ici restés silencieux. Leur indiquant qu’ils étaient en train de « se tromper » alors qu’ils portaient une « une responsabilité historique », il les a appelés à faire le choix de la paix et à ne pas accepter « un retour à l’âge des impérialismes et du colonialisme ».

Pas de quoi convaincre Rasmussen. « Il a affaibli la cohésion internationale, et je crois qu’il le regrette maintenant et tente de reprendre l’initiative », a-t-il commenté.

Notons que l’ancien chef de l’OTAN a également critiqué l’aide matérielle apportée par la France à l’Ukraine, la jugeant décevante. « Naturellement, elle a fourni des armements lourds (canons, missiles antichars), mais c’est peu au regard de la France, qui est la puissance militaire dominante au sein de l’UE et le pays avec la plus forte industrie de l’armement en Europe », a-t-il asséné.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20