L’Italie en difficulté vend ses phares

L’Italie, qui tente de réduire sa dette de 1.900 milliards d’euros, a décidé de vendre des pans du patrimoine de l’Etat : casernes désaffectées, palais, couvents, et même quelques îles. Dans ce cadre, le gouvernement italien vient de proposer à la vente un autre type d’édifice : quelques uns des phares abandonnés de l’île de la Sardaigne

Les phares, qui dominent des plages de rêve sardes, pourraient être loués à des sociétés pour être convertis en hôtels insolites, en galeries d’art, ou en musées. L’Italie compte déjà un phare hôtel, le phare de Capo Spartivento, au sud de la Sardaigne. Bâti en 1856 par la Marine italienne sur un promontoire isolé qui surplombe des plages désertes, il est situé à une cinquantaine de kilomètres de Caligari. Désormais, c’est un hôtel 5 étoiles, dans lequel il en coûte 1000 euros en été pour passer la nuit dans une de ses 6 suites avec vue sur la mer.

La plupart de ces phares ont été bâtis au 19ème siècle et ils sont implantés sur les sites les plus pittoresques des côtes sardes. Ils ne sont plus en usage car ils ont été remplacés par des signaux lumineux automatisés. Certains sont en bon état, mais d’autres nécessitent un vaste programme de réhabilitation. Les autorités souhaitent que les reconversions soient plus abordables que le phare de Capo Spartivento, et elles étudieront les propositions qui aboutiront à proposer des nuitées entre 100 et 150 euros.