L’Inde dérobe à la Chine la place d’économie mondiale à la croissance la plus rapide

A la fin de l’annéedernière, l’Inde a reconquis son titre d’économie mondiale à lacroissance la plus rapide. Lors du dernier trimestre 2017, le pays aen effet enregistré une croissance économique de 7,2%. L’Inde a ainsi mis unterme à une période d’un an pendant laquelle elle avait dûcéder cette place à la Chine.

Pendant les trois derniersmois de 2017, l’Inde a pu poursuivre la croissance amorcée letrimestre précédent. Au milieu de l’année dernière, le pays avaitconnu un sérieux ralentissement économique. Lors du derniertrimestre de 2017, la Chine a enregistré une croissance de 6,9%, rapporte Financial Times.

Ces développementsfavorables représentent un soutien pour le premier ministre NarendraModi qui s’est bâti une réputation de gardien de l’économie. Leralentissement économique avait mis ce dernier souspression car des élections législatives sont prévues l’année prochaine. En outre, le gouvernement a récemment été confronté à scandale de fraude à la PunjabNational Bank, détenue par l’État.

Une croissance forte etdurable

« Le dynamisme de lacroissance du PIB se poursuit de manière forte et durable », aaffirmé sur Twitter Piyush Goyal, ministre indien des Chemins defer. « L’Inde est à nouveau la grande économie mondiale à lacroissance la plus rapide. » Selon Pronab Sen, ancien ministreindien des Services statistiques, la croissance est due à une renaissance du secteur de la construction. Selon lui, les chiffres, stimulés par le secteur de la construction, étaient également plus élevés que prévu.

Modi est arrivé il y a 4ans au pouvoir en promettant des réformes qui contribueraient àstimuler l’économie et à créer 10 millions d’emplois par an. Avecces promesses, le Premier ministre se rapprochait fortement du volumede nouveaux emplois dont l’économie a besoin pour offrir uneplace aux 13 millions de jeunes Indiens qui entrent sur le marché dutravail.

L’économie ralentie

Le blason économique de l’Inde s’est trouvé cependant terni par sa soudaine décision, il y a deuxans, de retirer de la circulation une grande partie des billets debanque. En outre, une tentative de procéder à une réformefiscale dans le commerce a échoué. Ces problèmes ont eu pourconséquence de freiner l’élan de l’économie indienne l’annéedernière. Pendant les 3 premiers mois de 2016, le pays connaissaitencore une croissance de 9,1%, croissance chutant à 5,7% au coursdes trois mois précédant juin 2017.

Arun Jaitley, ministreindien des Finances, a essayé d’atténuer les effets de ceralentissement en annonçant un budget promettant des prix minimumsplus élevés pour les agriculteurs et une gratuité des soins desanté pour 100 millions de familles pauvres.

Ce ralentissement a puêtre renversé lors du troisième trimestre. Le secteur de laconstruction, durement touché par les mesures monétaires dugouvernement, a enregistré une reprise remarquable avec unecroissance de 6,8%. L’industrie et l’agriculture ont enregistré unecroissance respective de 8,1 et 4,1%.

Le bureau de notationsMoody dit s’attendre, cette année, pour l’Inde, à une croissanceéconomique de 7,6%. Le FMI indique un chiffre de 7,4%, suivi d’unenouvelle croissance de 7,8% l’année prochaine.