L’Estonie n’a pas encore trouvé son président

En Estonie, l’élection présidentielle a été retardée d’ici à la fin septembre. En effet, le pays ne trouve pas de successeur au président social-démocrate Toomas Hendrik Ilves, âgé de 62 ans.

Ce dernier a dirigé le pays durant deux mandats et ne peut être réélu pour une troisième fois. Le choix du président en Estonie est une compétence du Riigikogu, le Parlement national composé de 101 députés.  Lors du troisième tour de ce scrutin secret, aucun candidat n’a obtenu la majorité requise de deux tiers au Parlement  de 101 sièges et par conséquent, aucun successeur n’a été trouvé.

A présent, la décision reviendra à un collège élargi où les communes sont représentées. Cette instance devra voter et prendre sa décision finale d’ici le 24 septembre.

Kallas

Le candidat libéral Siim Kallas, co-fondateur du Parti réformiste estonien,  a de fortes chances de remporter cette élection. Lors du dernier tour, Kallas, ancien Premier ministre de l’Estonie et ancien commissaire européen, a remporté 42 voix. Outil politique durant la période soviétique, il pourrait avoir l’expérience internationale nécessaire indispensable pour la fonction de président. L’autre candidat susceptible de remporter l’élection présidentielle est Mailis Reps, femme politique du Parti du centre d’Estonie. Celle-ci a obtenu 26 voix lors du dernier scrutin. En outre,  Marina Kaljurand, diplomate et femme politique estonienne, ministre des Affaires étrangères, figure également parmi les concurrents pour la présidence de l’Etat. D’origine russe comme un quart de la population estonienne, son élection serait une première.

En Estonie, le chef de l’Etat a un rôle essentiellement cérémoniel. Le Président représente le pays durant les événements et réunions internationales. Dans ce sens, Ilves, ancien journaliste et diplomate, était parfaitement adapté pour ce poste.

Durant sa présidence, Ilves  s’est montré particulièrement préoccupé par la politique de la Russie voisine, accusée de comportement agressif. Président d’Estonie pendant dix ans, son deuxième et dernier mandat expire en Octobre.